Select Page

16 mai 1868 : Dalibor, le chevalier « patriote tchèque » de Bedřich Smetana

16 mai 1868 : Dalibor, le chevalier « patriote tchèque » de Bedřich Smetana
Advertisement

Instant classique – 16 mai 1868… 150 années jour pour jour. C’est un Allemand qui propose à Bedřich Smetana le livret de ce qui allait devenir le grand opéra national tchèque, Dalibor, créé il y a tout juste 150 ans.

Mais il lui faut affronter bien des vicissitudes avant de s’imposer : Bedřich Smetana met deux ans à composer ce chef-d’œuvre bien peu donné par ici, mais admirable. Il est choisi pour l’inauguration du théâtre national de Prague, mais immédiatement attaqué avec violence par les tenants de la tradition tchèque en raison de son « wagnérisme », et donc de son « germanisme », honni par les nationalistes pragois. L’œuvre n’est donc plus jouée pendant dix-huit ans et remporte enfin un grand succès après la mort de Bedřich Smetana.

La musique de Bedřich Smetana, pleine de contrastes, de clairs-obscurs et d’héroïsme lyrique, donne lieu à des moments de pure grâce et d’autres très impressionnants. L’ouverture, avec chœur, est par exemple somptueuse. Dans cet autre extrait du premier acte, ici chanté dans les règles de l’art par Tomáš Čzerny, Dalibor parle lors de son procès à son ami assassiné Zdeněk et lui dit, exalté, qu’il se prépare à le rejoindre, sous le regard admiratif du peuple.

En tendant l’oreille, on entend déjà les échos des poèmes symphoniques qui composeront le grand cycle Ma Patrie.

Synopsis – L’opéra raconte l’histoire de Dalibor, chevalier accusé devant la cour du roi Vladislav d’avoir tué le seigneur de Ploškovice. La sœur de ce dernier, Milada, exige sa mort. Dalibor assume et révèle avoir tué ce seigneur car celui-ci avait assassiné son cher ami Zdeněk. Le roi refuse qu’on se fasse justice à soi-même et le condamne à la prison à vie. Mais Milada, saisie par le récit de Dalibor, en tombe éperdument amoureuse.

Déguisée en garçon, elle endort la méfiance du geôlier (façon Leonore de Fidelio) et rend visite à Dalibor. Elle lui porte de quoi s’évader et ils s’avouent leur amour éternel. Pendant ce temps, le peuple se révolte et veut la libération de Dalibor. Le tribunal essaie d’obtenir du roi la mort du chevalier et y parvient, tandis que Milada a réuni quelques fidèles pour prendre d’assaut la prison. Mais ils attaquent trop tard et se font massacrer ; Milada expire dans les bras de Dalibor, qui se précipite contre les armes des soldats du roi.

Cédric MANUEL



À chaque jour son instant classique !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »



Photographie de Une – Prague



 

Advertisement

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Restez informé !

Rencontre avec Anne-Christine Micheu autour des droits culturels

R.O.C & Folk

dessin coupe du monde footballdessin_roc_johnny_heritage