Select Page

Résultats de recherche pour: Ludwig van Beethoven

Ludwig van Beethoven et Kanye West rassemblés par un orchestre

L’orchestre entame sur le dernier mouvement du Quatuor à cordes No. 14 de Beethoven. Une batterie s’en mêle. Peu à peu, la mélodie de « On Sight », premier morceau de l’album Yeezus de Kanye West, s’impose. La foule, qui se tient près de la scène comme dans une salle de rock plutôt que dans un concert de musique classique, se laisse emporter. [AFP] Bienvenue à Yeethoven, expérimentation qui mélange les morceaux de deux artistes que deux siècles séparent et qui n’ont, en apparence, que peu de choses en commun. Mais les créateurs de ce rendez-vous singulier, dont la deuxième édition...

lire plus

28 juin 1815 : le beau cadeau de mariage de Beethoven

Instant classique – 28 juin 1815… 103 années jour pour jour. Même si la sonate pour piano n° 27 de Ludwig van Beethoven a été composée en août 1814, c’est en juin 1815 qu’elle sera publiée par Steiner à Vienne. En pleine tourmente européenne qui voit la chute et le premier exil de Napoléon, Beethoven quitte les grandes fresques musicales et parfois même militaires (comme la Bataille de Vittoria avec mousquets et canons), et écrit cette courte sonate (moins d’un quart d’heure) en deux mouvements pour commémorer un événement heureux et on ne peut plus privé, celui du mariage...

lire plus

23 mai 1814 : l’hymne triomphal à l’amour conjugal de Beethoven

Instant classique – 23 mai 1814… 204 années jour pour jour. Unique opéra de Ludwig van Beethoven, Fidelio, créé au Kärtnertor-theater de Vienne, se sera fait longtemps attendre. Ludwig van Beethoven s’était intéressé tôt à la pièce de Jean-Nicolas Bouilly, Léonore ou l’amour conjugal, déjà plusieurs fois adaptée pour la scène lyrique par Paer et Mayr. Dès le départ, il dut choisir comme titre Fidelio, puisque Paer avait conservé celui de Léonore. Achevée à l’été 1805, la première partition fut créée fin novembre 1805 devant quelques soldats de l’armée française, laquelle venait d’entrer dans Vienne quelques jours avant d’aller remporter...

lire plus

7 mai 1824 : Beethoven et son ode à la joie d’une humanité fraternelle

Instant classique – 7 mai 1824… 194 années jour pour jour. Ludwig van Beethoven avait pensé depuis longtemps intégrer des parties chorales à ses œuvres. Il voulait par exemple, initialement, écrire un chœur d’inspiration religieuse à sa symphonie pastorale et avait fait quelques essais par ailleurs. L’Ode à la joie de Friedrich von Schiller l’avait par ailleurs toujours fasciné. Peut-être sentait-il aussi que sa neuvième symphonie serait la dernière ? En tout cas, il y réfléchit longtemps, la 8e datant de 1814. Après plusieurs ébauches, Ludwig van Beethoven, alors totalement sourd et plus que jamais enfermé dans son monde,...

lire plus

2 avril 1800 : Beethoven bondissant

Instant classique – 2 avril 1800… 218 années jour pour jour. Ludwig van Beethoven a sans doute 28 ou 29 ans lorsqu’il compose la toute première de ses symphonies. C’est Ludwig van Beethoven qui la crée ce 2 avril 1800, avec des réactions très mitigées dans le public du National Hoftheater de Vienne, certains critiques y voyant une mauvaise musique militaire (!). On y entend des réminiscences de Wolfgang Amadeus Mozart et surtout de Joseph Haydn, son maître. Les quatre mouvements sont de forme très classique : allegro-andante-menuetto et allegro molto e vivace. C’est ce dernier mouvement que je...

lire plus

27 février 1814 : Beethoven a-t-il jamais créé quelque chose de petit ?

Instant classique – 27 février 1814… 204 années jour pour jour. A l’été 1812, Ludwig van Beethoven prend les eaux en Bohème, à Teplitz. Parmi les vacanciers qu’il y retrouve, la cantatrice allemande Amélie Sebald lui fait un peu tourner la tête. Et alors, juste après la merveilleuse septième et de longues années avant la monumentale neuvième, il compose cet été là une nouvelle symphonie. . Ludwig van Beethoven en fera assez peu de cas par la suite, si bien qu’on lui prête même l’idée de l’avoir baptisée « petite symphonie », ce qui n’est écrit nulle part et n’est pas avéré....

lire plus

22 février 1817 : la première des dernières de Beethoven a 201 ans

Instant classique – 22 février 1817… 201 ans jour pour jour. Voici à peine plus de deux siècles est publié chez Steiner, à Vienne, la 28e sonate de Beethoven, qui porte le nom d’opus 101. Le compositeur l’avait composée quelques mois auparavant et achevée en novembre 1816, la dédiant à son élève et amie la baronne Dorothea Ertmann. Les spécialistes du compositeur y voient la première des dernières sonates (il y en aura encore 4, parmi les plus géniales de Beethoven, jusqu’au célèbre opus 111). Pour l’un d’entre eux, André Boucourechliev, il ne s’agit pas d’une sonate qui rompt...

lire plus

Les fugues en forme de quatuor d’Albrechtsberger, maître de Beethoven, sortent enfin de l’oubli

Le 20 janvier 1933, François Lang acquit à l’Hôtel des ventes de Paris, entre autres partitions provenant de la collection de Vincent d’Indy, un petit volume broché contenant les Six fugues en forme de quatuor pour deux violons, alto et violoncelle composées par Johann Georg Albrechtsberger (1736-1809) – une partition rendue aujourd’hui vivante par la recherche et la pratique au sein de la Fondation Royaumont1. Chronique : « Feuillets d’album de Royaumont » Ami de Mozart et Haydn à Vienne où il fut organiste de la cour impériale (1772), puis Kapellmeister de la cathédrale Saint-Étienne (1792), Albrechtsberger laisse une œuvre prolifique...

lire plus

Pour la première fois de l’histoire, Beethoven détrône Mozart comme compositeur le plus joué au monde en 2016

Site Internet spécialisé dans la musique classique, Bachtrack publie chaque année des chiffres qui révèlent quelques tendances lourdes de la vie musicale internationale. Ainsi apprend-on sans surprise que Valery Gergiev est le chef le plus actif de la planète, avec 143 concerts pour l’année 2016: le tsar boulimique dirige près d’un soir sur deux… [Écho de la presse] Mais les statistiques les plus éloquentes sont celles qui concernent les compositeurs et répertoires les plus joués. Premier constat, de taille : pour la première année Wolfgang Amadeus Mozart est détrôné par Ludwig van Beethoven, avec 3 341 mentions, la 5e Symphonie...

lire plus

5 juillet 1806 : « Ce n’est pas pour vous, c’est pour les temps futurs »

Instant classique – 5 juillet 1806… 212 années jour pour jour. D’après une lettre de Ludwig van Beethoven à son éditeur, le quatuor n°7 du bouillant compositeur fut achevé le 5 juillet 1806. C’est le premier des trois quatuors qu’il dédiera au comte Andreï Razumovsky, ambassadeur de Russie à Vienne (heureux temps où les artistes dédiaient des œuvres aux ambassadeurs…). Le public ne l’entendra qu’en janvier 1809 et le rejettera avec dédain : « une mauvaise farce de toqué, une musique de cinglé ». Ce à quoi Beethoven répondit, avec le même mépris par la phrase qui constitue le titre de...

lire plus
  • 1
  • 2

Suivez-nous

Restez informé !

R.O.C & Folk

dessin coupe du monde football dessin_roc_johnny_heritage