Select Page

Auteur : Guillaume Plistin

Tous intermittents ?

Le code du travail et les 35 heures sont sur la sellette. Non pas qu’un projet de loi soit dans les tuyaux, mais l’affaire est dans l’air du temps. Nathalie Kosciusko-Morizet résume ainsi les nouveaux enjeux : « Plutôt que d’avoir une grille de lecture ancienne, (…) il faut traiter le sujet d’aujourd’hui : la fin du salariat ». Abrupte, la formule traduit une tendance lourde. Aux Etats-Unis, les bataillons de freelances grossissent de jour en jour, jusqu’à représenter aujourd’hui un tiers des actifs. A cela s’ajoute le phénomène d’ubérisation, qui crée de nouveaux indépendants qui menacent les indépendants traditionnels, comme les chauffeurs de taxi par exemple. Serons-nous demain tous...

lire plus

Face à la « barbarie culturelle »

Pour Irina Bokova, Directrice générale de l’Unesco, « le saccage du Musée de Mossoul, en Irak, témoigne d’un niveau de barbarie culturelle rarement atteint » (Le Monde du 3 mars 2015). La notion de « barbarie culturelle » frise l’oxymore : en principe, les termes « barbarie » et « culture » sont antinomiques. Il n’est qu’à voir le contraste saisissant entre les hordes barbares des premiers siècles et la grandeur culturelle et civilisationnelle de l’Empire romain, lequel devint la proie, puis la victime, de la barbarie. Cependant, quoique battue militairement et politiquement, Rome finira par triompher de manière...

lire plus

Pognon de la culture et culture du pognon…

« Les plumés de l’austérité se rebiffent »… C’est le slogan choisi par des maires de Seine-Saint-Denis pour protester contre la baisse des dotations budgétaires de l’Etat. Les communes raclent les fonds de tiroirs et la culture est touchée, bien sûr. Le Forum du Blanc-Mesnil a, par exemple, vu partir en fumée sa subvention annuelle de 1,8 million d’euros. Du côté du ministère de la Culture, ce n’est pas beaucoup mieux… Des professionnels du spectacle vivant ont lancé un Appel du 10 décembre contre « la baisse constante de toutes les aides ». Bref, tout le monde veut des sous, personne ne veut être « plumé ». Cependant, y...

lire plus

Exception culturelle ou culture exceptionnelle ?

Qu’est-ce donc que cette « exception culturelle française » qui semble résister à tout et même peut-être – qui sait ? – au projet hégémonique de traité transatlantique ? Pourquoi les Français fatiguent-ils tout le monde avec leur « exception » qui résiste encore et toujours à l’envahisseur marchand ? Pour le Larousse, l’exception désigne « ce qui est hors de la loi commune ». Aussi, les Français exigent-il que la culture – réalité qui transcende la matière – soit tenue hors de la loi commune de la matière, aujourd’hui réduite à sa dimension commerciale. Voilà qui se conçoit bien. Mais pourquoi la France et pas d’autres pays ? Après tout,...

lire plus

la « douce colère » des intermittents

L’été fut chaud sur le front social : partout, ou presque, ceux que la presse appelle couramment les « intermittents en colère » ont donné de la voix. Le Larousse nous dit que la colère est « une irritation, un vif mécontentement parfois accompagné de réactions violentes ». Pour les philosophes antiques, elle est une « passion ». Et chacun sait qu’il faut se méfier de ses passions. Une passion manifeste, en opposition à la raison, une perte de la maîtrise de soi. Ne dit-on pas que « la colère est mauvaise conseillère » ou encore un « péché...

lire plus

En France, on n’a pas de petrole mais…

« La culture fait partie de notre ADN. C’est peut-être la seule chose qu’il nous reste de fort et de vivant en France. Notre pétrole, c’est la Culture. » C’est Jean-Michel Ribes, directeur du Théâtre du Rond-Point, qui s’exprimait ainsi le 19 juin dernier sur Europe 1. Voilà qui rappelle le fameux « En France on n’a pas de pétrole, mais on a des idées ». Ribes dit vrai. Il fallait bien la France pour que la notion « d’exception culturelle » trouve un écho. Exception à quoi ? A la marchandisation généralisée. Mais l’argent étant ce qu’il est,...

lire plus

Liberté intérieure…

La course frénétique de la civilisation technique est angoissée : « Nous avons choisi la frénésie comme mode d’existence et nous inventons des machines pour nous la rendre supportable », écrit Pierre Rabhi. La machine de la communication de masse a échappé à ses créateurs. Conçue pour divertir et informer, elle ne le fait qu’en apparence. En réalité, elle est un accélérateur de particules dont résulte une forme d’état de choc permanent des opinions et des cerveaux. Où demeure l’espace pour ce que Finkielkraut nomme « la vie avec la pensée » ? Cet espace est dans l’homme intérieur,...

lire plus

Nicolas de Villiers : « Le bénévolat et l’intermittence se complètent »

. Entretien avec Nicolas de Villiers Président du Puy du Fou . Êtes-vous rassuré par la lettre reçue de l’Élysée ? Nos craintes légitimes ont été entendues. Ce retrait des articles sur le bénévolat est une décision sage. Il est clair que le gouvernement voulait limiter et encadrer le bénévolat, c’était écrit noir sur blanc dans l’avant-projet de loi. Mais l’heure est à l’apaisement et non plus à la polémique. Certains syndicats craignent que vous ne concurrenciez la pratique professionnelle… Le monde du bénévolat et celui de l’intermittence ne s’opposent pas, mais se complètent. Si nous n’avions pas 3...

lire plus

Limitation du bénévolat : Le gouvernement renonce

Par un courrier en date du 14 février 2014, le secrétariat général de la Présidence de la République a fait savoir à Nicolas de Villiers, président du Puy du Fou, que le gouvernement renonçait finalement à inclure dans la « loi création » l’encadrement et la limitation du bénévolat dans le spectacle vivant. Si l’affaire ne semble pas tout à fait close, ce courrier représente une sérieuse détente dans le conflit qui oppose le gouvernement aux artistes bénévoles depuis plusieurs mois.  Le projet gouvernemental a suscité de vives inquiétudes à travers toute la France, mais c’est de l’Ouest qu’est...

lire plus

Ça va péter ?

« Ça sent le Gattaz, ça va péter ! », titre Les InRocks. Une fuite de Gattaz, une étincelle, et boum !? L’expression « Ça va péter ! » est dans l’air du temps, bien au-delà du courroux des intermittents contre le Modal. Jean Lassalle – le « député qui marche » – a trainé ses guêtres 1300 km à travers la France pour s’entendre dire invariablement : « Ça va péter ! » D’une certaine manière, quand on dit « Ça va péter ! », ça veut dire « J’ai envie que ça pète !  ». On se dit : « Au moins, si ça pète,...

lire plus
  • 1
  • 2

Suivez-nous

Restez informé !

R.O.C & Folk

dessin_roc_johnny_heritage dessin ROC Renaud Séchant dessin_roc_philippe dessin_roc_oriordan