Select Page

Cette start-up veut moderniser l’industrie du spectacle

Cette start-up veut moderniser l’industrie du spectacle
Advertisement


Marc Gonnet, ex-directeur marketing d’Europe 1, a travaillé avec le CNRS pour analyser les datas issues des producteurs de spectacles et des billetteries. Objectif : mieux cibler les clients et éviter les invendus. Il est l’invité du Club entrepreneurs Challenges – Grant Thornton.

[Écho de la presse]

Pourquoi avoir choisi le secteur du spectacle vivant ?

Après avoir été directeur du marketing et du développement d’Eu­rope 1, je voulais travailler dans le spectacle vivant car j’avais adoré coproduire Salut les copains et Disco. Par ailleurs, alors que le pre­mier avait marché partout, le se­cond, pourtant meilleur selon moi, n’avait pas fonctionné en province. J’ai réalisé que le secteur n’avait pas d’outils de marketing digitaux puis­sants. D’un côté, les producteurs dépensent plus en communication qu’en artistique, sans résultat. De l’autre, chaque soir, à Paris, 40 % des places sont invendues.

Quels outils avez-vous créés ?

Dans le spectacle vivant, les don­ nées sont morcelées par canal de distribution au lieu d’être centrées sur le consommateur.Notre volonté était de les mutualiser. Les gros dis­tributeurs ont accepté de partager leurs données anonymisées. Nos data scientists ont  » analysé  » 7 mil­ lions de spectateurs et 13 millions de transactions pour créer des algo­rithmes de segmentation. Après deux ans et demi de recherche et développement, depuis octobre, nous commercialisons des outils marketing pour aider nos clients à construire leur actif data et à seg­menter leur public, et bientôt, à conquérir de nouveaux spectateurs.
Lire l’article complet de Claire Bouleau sur le site de Challenges.

 


 


Advertisement

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Restez informé !

R.O.C & Folk

dessin_roc_johnny_heritage dessin ROC Renaud Séchant dessin_roc_philippe dessin_roc_oriordan