Select Page

« Koyaanisqatsi » : le docu le plus imprononçable de l’histoire du cinéma

« Koyaanisqatsi » : le docu le plus imprononçable de l’histoire du cinéma
Advertisement

Koyaanisqatsi ressort cette semaine à la Filmothèque. C’est une œuvre d’anthologie, qui compte parmi les 1001 films à voir avant de mourir. Ce documentaire, sans parole, sans voix-off, tourné en 1982, à la pire époque de l’histoire du cinéma (E.T., Tron, Conan le Barbare, Tootsie, L’As des as…), n’a pas pris une ride.

★★★☆

De quoi s’agit-il ? Le titre du film a été volontairement choisi pour être opaque au spectateur. L’imprononçable « Koyaanisqatsi » désigne, en langue hopi, une « vie déséquilibrée ».

Beauté de la bête

Affiche Godfrey Reggio, Koyaanisqatsi, États-Unis, 1982, 90mnEt c’est en effet des déséquilibres du monde que traite ce documentaire écologique avant l’heure, quatre ans avant Tchernobyl, six ans avant que Time élise la planète « homme de l’année », dix ans avant le sommet de Rio, vingt-cinq ans avant le prix Nobel de la paix décerné à Al Gore…

Koyaanisqatsi filme la Terre – en fait limitée aux frontières des États-Unis -, la beauté primitive de ses immenses espaces naturels (la Monument Valley, le parc de Haleakalā à Hawaï…), l’empreinte indélébile qu’y laisse la présence humaine (le barrage de Grand Canyon, des exploitations minières à ciel ouvert, deux essais nucléaires…) et la fourmilière que constituent les grandes mégalopoles brillant de mille feux à la nuit tombée.

L’absence de tout dialogue, commentaire, sous-titre laisse le spectateur face à des images qui montrent plus qu’elles démontrent. Il ne s’agit pas d’instruire le procès à charge du progrès technologique mais de montrer « la beauté de la bête » pour reprendre les mots de Godfrey Reggio.

Images sidérantes, musique en vedette

Novateur par son thème, Koyaanisqatsi l’est plus encore par la façon de le traiter. Jouant sur les échelles d’espace et de temps, filmant l’infiniment grand et l’infiniment petit, utilisant à la fois le ralenti, l’avance rapide et le time-lapse [l’accéléré], Koyaanisqatsi est d’une étonnante modernité. Les œuvres qui voudront utiliser les mêmes recettes se contenteront de bégayer : Baraka (1992), Dogora (2004), La Marche de l’empereur (2005), Home (2009), Samsara (2011)…

Surtout, il y a la musique de Philip Glass. On la redécouvre à ses origines, avant qu’elle ne devienne célèbre et que, tarte à la crème et pont-aux-ânes, elle illustre la première scène élégiaque venue du cinéma hollywoodien. On est frappé de sa modernité. On réalise combien, à l’époque de Vangelis et John Williams, elle fut novatrice et iconoclaste. Elle est si envoûtante qu’elle en devient la vedette du film, prenant le pas sur les images pourtant sidérantes de Ron Fricke.

Tony PARODI

 

 



Godfrey Reggio, Koyaanisqatsi, États-Unis, 1982, 90mn

  • Sortie française : 24 août 1983 (ressortie : 7 mars 2018)
  • Genre : documentaire
  • Classification : tous publics
  • Scénario : Godfrey Reggio, Michael Hoenig, Alton Walpole
  • Directeur de la photographie : Ron Fricke
  • Musique : Philip Glass
  • Distribution : Mary X distribution

En savoir plus avec notre partenaire CCSF : Koyaanisqatsi

Godfrey Reggio, Koyaanisqatsi, États-Unis, 1982, 90mn



Découvrir toutes nos critiques de films



Advertisement

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Restez informé !

Rencontre avec Anne-Christine Micheu autour des droits culturels

R.O.C & Folk

dessin coupe du monde footballdessin_roc_johnny_heritage