Le crowfunding : financer grâce aux internautes

icrowdfundingNés de la révolution numérique, les sites de financement participatif sont en plein essor. Plus communément appelé crowdfunding (financement par la foule), ce type de transaction d’un nouveau genre fait appel à la générosité des internautes pour les porteurs de projets en recherche de fonds.
Le mécénat numérique s’installe en France pour la plus grande joie des professionnels du spectacle qui trouveront au travers de ces plateformes un moyen simple de lever des fonds tout en gagnant en autonomie.
Et si le crowdfunding annonçait l’arrivée d’une économie de partage. On peut se laisser aller à rêver.

On le sait, les temps sont durs pour nos amis saltimbanques qui doivent redoubler d’imagination pour financer leurs spectacles. A moins d’avoir un bon carnet d’adresses, les subventions sont difficiles à trouver. Utiliser le crowdfunding est un moyen pour financer des projets artistiques notamment en matière de spectacles vivants. Autrement appelé financement participatif, ce mécénat d’un nouveau genre permet le développement de projets variés en s’appuyant sur les contributions financières du grand public. Il permet aux particuliers de soutenir le projet de leur choix et selon leurs critères. Ce financement représente une réelle alternative au financement traditionnel (banque, investisseurs privés…). Désormais, l’investisseur a la main sur son investissement, il peut choisir le projet et le porteur de projet qu’il souhaite soutenir. Le financement participatif connaît une forte croissance depuis ses débuts (en 2007). Les montants collectés doublent chaque année. En 2013, plus de 80 millions d’euros de financement sont attendus, via les plateformes de crowdfunding françaises.

Comment ça marche ?

Le principe est simple et innovant car il amène le porteur de projet à devenir l’acteur de son propre financement. Un changement d’esprit radical qui pousse notamment dans le milieu du spectacle vivant à une certaine autonomie. Les principes de fonctionnement sont les mêmes partout. Le porteur adresse son projet à un opérateur de financement participatif, défend son dossier et donne le montant qu’il souhaite atteindre. Une fois sélectionné par un membre de l’équipe de la plateforme, le projet est mis en ligne avec le maximum de transparence en précisant le montant global recherché et une date de fin de collecte. Dès lors, reste à l’internaute contributeur de sélectionner librement le projet qu’il souhaite financer. Il définit ensuite le montant qu’il désire affecter au projet sélectionné, de quelques dizaines à quelques centaines ou milliers d’euros. Une contrepartie est définie, à charge pour le porteur d’être imaginatif afin de solliciter le plus de donateurs possible.

Miser sur un très bon réseau de proches au départ

La collecte des fonds est réalisée par l’opérateur ou, selon son statut, par la banque partenaire ou un tiers financier agréé. Le financement du projet est collectif. On l’aura compris, c’est le regroupement de plu- sieurs contributeurs pour un même projet qui permet à ce dernier d’être financé. D’où l’importance d’avoir un bon réseau de proches, d’amis sur la toile afin de se donner le plus de chance possible.
La clôture de la collecte a lieu soit lorsque le montant minimum de financement recherché est atteint, soit quand l’échéance de collecte est passée. Le porteur de projet reçoit alors le montant collecté. Il faut compter en général une commission d’environ 8%. Si le montant recherché n’est pas atteint, le projet n’est pas financé, les contributeurs récupèrent leur mise et le créateur retire son projet sans perdre d’argent. A charge pour lui de revoir sa copie, soit sur le projet en lui même, soit sur sa façon de le promouvoir.

 

Découvrez les articles de notre Dossier :

Financer un projet grâce aux internautes

Chez KissKissBankBank, on libère la créativité

Ulule donne vie aux bonnes idées

Entreprises et porteurs de projets : Bousculer les idées reçues

Un projet, des dons mais aussi des contreparties

Related posts

1 Comment

  1. Pingback: Petit éloge du mécène | Profession Spectacle

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :