Philippe Bohée : Faire et savoir, un savoir-faire

pommeapiA la tête, avec son épouse la mezzo soprano Hélène Perraguin, du théâtre Les Rendez-vous d’Ailleurs à Paris, le baryton Philippe Bohée aide désormais les jeunes chanteurs lyriques à faire leurs premières armes sur scène. 

Les Rendez-vous d’ailleurs, l’atelier lyrique associatif du 109 rue des haies (Paris 20e), est un lieu typique du quartier parisien de Charonne, un ancien atelier de confection qu’Hélène Perraguin et Philippe Bohée ont acquis en 2007 dans le but « d’aider les jeunes talents à faire leurs premières armes. » Après plus de deux ans de travaux pour transformer le lieu en une salle de spectacle d’environ 50 places, les Rendez-vous d’ailleurs ont ouvert leurs portes en mai 2010. C’est la concrétisation d’une idée qui tenait à cœur à Philippe Bohée. « Notre association a pour but de rencontrer les jeunes talents et de les aider à faire leurs premières armes au théâtre, on peut leur transmettre un savoir faire en dehors des conservatoires existants. » Aider les jeunes talents à faire leurs premières armes, c’est vraiment le leitmotiv de Philippe Bohée et d’Hélène Perraguin.

Car c’est un simple mais terrible constat qui les a poussés à aller offrir à ceux qui arrivent ce qu’ils ne peuvent plus recevoir du monde lyrique actuel. « Le paysage du chant lyrique s’étiole d’une façon importante, constate Philippe Bohée. Les opéras, les opérettes, le théâtre chanté, tout ça, ça se joue de moins en moins dans les villes de province quand on en joue encore. Les maisons d’opéra réduisent leur activité pour des raisons budgétaires car cela coûte cher à la collectivité. Les grands théâtres en font toujours, mais parmi les artistes lyriques seul le sommet de la pyramide arrive à s’en sortir ».

Alors que de jeunes chanteurs lyriques sont toujours formés et arrivent avec le désir de monter sur les planches, selon les créateurs des Rendez-vous d’Ailleurs on se retrouve avec « plein de très bons chanteurs, mais sans scène pour se produire ». En clair, être engagé comme assistant à l’Opéra de la Monnaie de Bruxelles à l’âge de 18 ans, comme le fut Philippe Bohée au début des années soixante, c’est une chose devenue carrément impossible aujourd’hui.

J’ai envie de m’amuser, de divertir le public

Alors, fort de cette réalité qui leur ont sauté aux yeux, et faisant leur le fameux dicton « aide toi, le ciel t’aidera », Philippe Bohée, Hélène Perraguin, aidés du bassoniste et chef d’orchestre Vincent Capron, tous les trois se sont lancés dans ce projet d’atelier lyrique. Depuis son ouverture mai 2010, la machine tourne à plein régime et la programmation est variée, du classique au jazz en passant par l’opérette. Mais surtout, c’est enfin l’occasion souvent unique pour de jeunes chanteurs de faire découvrir leurs talents au public. « Aussitôt qu’on met une petite annonce au conservatoire, note Philippe Bohée, on croule sous les demandes. Par exemple, pour l’une de nos premières représentations, La Chatte métamorphosée en femme d’Offenbach : nous avons eu 120 personnes qui ont postulé en 15 jours. On en a écouté environ 35, tout ça pour trois places. » Peu d’élus mais le moyen d’acquérir l’expérience de la scène. « Notre ténor, Julien Flores, a pu faire 25 représentations de La Chatte transformée en femme plus 20 représentations de notre production Pomme d’Api, notre petit bijou devrais-je dire. Ça fait déjà pour ce jeune chanteur une expérience de la scène dont il pourra se prévaloir ». Beaucoup de projets sont encore en cours car, au de là de l’initiation scénique des jeunes chanteurs, il y a le souci d’avoir des spectacles de qualité à proposer. Et pour cela l’imagination des créateurs des Rendez-vous d’Ailleurs est grande. « J’ai envie de m’amuser et de divertir le public, et s’il y avait deux mots pour résumer ce que je fais, ce serait deux verbes. Faire et savoir. Deux verbes que l’on mettrait en ribambelle sans fin : faire savoir ; savoir-faire. »

728×90
728×90

Related posts

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :