Que l’imagination prenne le pouvoir rue de Valois !

Pour Jean-Michel Djian, le ministère de la Culture doit redevenir le « royaume farfelu » cher à Malraux et rappeler aux Français que la République n’en a jamais fini avec la célébration de l’esprit, de la mémoire, de l’émotion, de la beauté.

[Écho de la presse]

Nous sommes encore nombreux à penser qu’un(e) ministre de la Culture, quel qu’il(elle) soit, n’est pas au gouvernement pour filer doux devant les diktats budgétaires, décorer à tour de bras des artistes, écrivains et autres fonctionnaires méritants, contenter ou mettre à distance les innombrables corporations professionnelles et lobbys de l’industrie de la culture ou de communication qui patientent dans les antichambres de la rue de Valois.

Nous sommes plus nombreux encore à imaginer qu’un ministre de la Culture à mieux à faire que de produire une langue et des circulaires qui ne parlent plus à personne. Qu’il peut, plutôt que de se taire, pousser un grand coup de gueule devant des responsables de médiathèques ou de musées qui refusent d’ouvrir le dimanche ; de le faire aussi sur Twitter quand Amazon ou Google dépassent les bornes, ou tout simplement quand des élus locaux brandissent des menaces à l’endroit de directeurs de théâtres ou de centres d’art qui programment des œuvres «trop audacieuses».

Lire la tribune complète de Jean-Michel Djian sur le site du journal Libération.



728×90
728×90

Related posts

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :