Suivre sa musique à la trace

Le groupe Media Forest propose aux artistes ou aux managers de suivre en temps réel la diffusion de leurs morceaux.

« Alors, ça marche ? » Lorsque l’on parvient à sortir un morceau, c’est la question qui revient sans cesse… et la plupart du temps, elle reste sans réponse ! Pas facile en effet de laisser traîner une oreille sur toutes les stations pour repérer votre refrain. Pour vous aider, un service existe. Le groupe Media Forest propose ainsi un outil permettant de suivre en temps réel le temps de diffusion d’un morceau. Au total, 37 radios et 14 chaînes de télévisons appartenant aussi bien aux réseaux nationaux que locaux, sont scrutées et analysées 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

Avec un compte en ligne, l’utilisateur dispose alors en temps réel d’informations concernant sa diffusion musicale sur un panel de médias représentant plus de 90% de l’audience musicale française. « La technologie est basée sur la reconnaissance d’empreintes numériques insérées dans les spectres acoustiques des fichiers musicaux », explique Eric Jaoui, directeur général du pôle musique à Media Forest France. « A chaque chanson traquée correspond un fichier incluant une signature électronique et hébergé sur nos serveurs. Ainsi, dès les premières secondes de diffusion, notre logiciel détecte et reconnaît la chanson. » Et cela concerne aussi bien les jingles en radio, comme les extraits de quelques secondes utilisés dans certains sujets de télévision. Basé sur le barème euros/secondes de la SACEM, l’artiste peut aussi calculer par anticipation le montant des droits de diffusions. Un bon moyen d’évaluer le versement de la SACEM à la fin de l’année, « pratique pour aller voir son banquier en vue d’un prêt », note Eric Jaoui.

Affiner les stratégies

Outre l’aspect financier, ces chiffres permettent de suivre en temps réel l’évolution des diffusions et ainsi d’affiner les stratégies commerciales des artistes. Si le titre passe fréquemment sur telle radio plutôt qu’une autre, les producteurs peuvent cibler les auditeurs et adapter la promotion. C’est également le moyen d’anticiper la sortie du classement d’une chanson et l’arrivée d’une autre. « Avant, seules les majors (grandes maisons de disques) possédaient ce genre d’information. On offre cette arme à tous et notamment aux indépendants. » Lara Fabian fait, notamment, partie des abonnés. Après avoir longtemps collaboré avec les majors, elle est devenue auto-productrice et a besoin de connaître ce genre de statistiques.

L’outil sert aussi à faire de la veille et surveiller les diffusions. « On s’est par exemple rendu compte qu’un tube de Cassius était diffusé dans le jingle d’une émission télévisée. Nous avons pu le signaler à la production qui a ensuite fait les démarches nécessaires auprès de la SACEM », explique Mélanie Ribot, de Media Forest.

Aujourd’hui , près de 300 artistes se servent de ce service. Des connus, comme Jean-Louis Aubert ou Patricia Kaas, mais aussi bon nombre de labels indépendants qui trouvent avec Media Forest un outil jusque-là inaccessible. Bien évidement, le service à un prix : 30 euros pour suivre une chanson pendant un mois. Pour plus de morceaux ou des requêtes spécifiques, des forfaits sont également négociables.

 

728×90
728×90

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Saisissez le résultat de l'opération pour valider votre commentaire *