Select Page

« Vent du nord »… et vent du sud

« Vent du nord »… et vent du sud
Advertisement

Dans le Pas-de-Calais, Hervé (Philippe Rebbot), la cinquantaine, travaille dans une usine de chaussure sur le point d’être délocalisée. L’usine rouvre en Tunisie. Foued (Mohamed Amine Hamzaoui), la vingtaine, y est embauché.

Vent du nord colle deux histoires que rien ne rapproche sinon une usine qu’on délocalise, un train de banlieue et un bus de tourisme qui circulent sur deux voies parallèles durant quelques secondes, et un feu d’artifice (tout s’éclairera en regardant le film).

Walid Mattar, Vent du nord, avec Philippe Rebot et Corinne Masiero (affiche)C’est sa principale force. C’est sa principale faiblesse aussi.

Car il y avait sans doute quelque chose à tirer de ce parallèle, une sorte de « convergence des luttes » pour reprendre une expression à la mode en ces temps de grèves SNCF et d’occupations d’université.

D’un côté, l’histoire d’un lumpenprolétariat vieillissant dans le nord de la France – comme on l’a déjà filmé cent fois. De l’autre celui d’un lumpenprolétariat beaucoup plus jeune, dans la Tunisie des zones franches – qui, lui, l’a moins souvent été.

Le premier est au chômage, mais ne vit pas si mal : Hervé habite dans un petit pavillon, s’achète un hors-bord avec sa prime de licenciement et se paie même des vacances à bas coûts en Tunisie avec sa femme. Le second vient de trouver un emploi, qui lui permettra de payer les frais de santé de sa mère malade et de se rapprocher de la fille qu’il aime, mais ne vit pas si bien faute de pouvoir réaliser ses rêves.

Vent du nord aurait pu entrelacer ces deux histoires. Mais le montage opte pour un parti pris différent. Pendant la première demi-heure, la caméra reste à Boulogne. C’est seulement dans la deuxième qu’on part, sans transition, en Tunisie. Le temps d’y prendre ses marques, on revient en France.

Au lieu d’avoir un film construit en miroir autour de l’opposition/ressemblance entre les deux situations, nous avons ainsi plutôt deux historiettes, deux nouvelles filmées bout à bout. Le résultat est tout autre. Pas sûr qu’il convainque.

Tony PARODI

 



Walid Mattar, Vent du nord, France – Belgique – Tunisie, 2017, 89mn

  • Sortie : 28 mars 2018
  • Genre : drame
  • Classification : tous publics
  • Avec Philippe Rebbot, Mohamed Amine Hamzaoui, Corinne Masiero, Kacey Mottet Klein, Abir Bennani.
  • Scénario : Leyla Bouzid, Claude Le Pape.
  • Distribution : KMBO

En savoir plus sur le film avec CCSF : Vent du nord

 Walid Mattar, Vent du nord, avec Mohamed Amine Hamzaoui



Découvrir toutes nos critiques de films



Advertisement

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Restez informé !

Rencontre avec Anne-Christine Micheu autour des droits culturels

R.O.C & Folk

dessin coupe du monde footballdessin_roc_johnny_heritage