13 juin 1830… 191 ans jour pour jour – C’est un tube dont nous célébrons l’anniversaire aujourd’hui : le Rondo capriccioso de Mendelssohn. Après un andante des plus délicats, le presto déchaîne des torrents de virtuosité… un régal.

Après tant de raretés ces derniers temps, voici un tube ! En 1830, Felix Mendelssohn a vingt-et-un ans. Ce 13 juin, il écrit la date sur la partition de son Rondo capriccioso, qui deviendra l’une des œuvres les plus célèbres de sa production. On n’est pas sûr qu’il l’ait vraiment composée à ce moment-là, cependant. Il s’agit peut-être d’une révision de la partition originale, qui daterait de 1824.

Et puisqu’on spécule, alors on peut même supposer qu’il a fait cette révision pour quelqu’un, en l’occurrence une jeune pianiste qui figurait alors parmi ses intimes au point qu’on avait parlé mariage, lequel n’aura jamais lieu (Mendelssohn épousera la très très belle Cécile Jeanrenaud en 1837) : Delphine von Schauroth, rencontrée à Paris en 1825.

En tout cas, et quoi qu’il en soit, après un andante des plus délicats, le presto déchaîne des torrents de virtuosité que ne dédaigneront ni un Liszt, ni un Chopin. Cela donne une idée assez claire des capacités pianistiques de Mendelssohn…

Évidemment, il y a une liste longue comme le bras d’interprètes de cette courte pièce. J’ai choisi le plus français des pianistes hongrois ; à moins que ce ne soit le plus hongrois des pianistes français, Georges Cziffra ou Cziffra György selon ce que vous préférez. L’artiste, lui, est universel.

Cédric MANUEL



À chaque jour son instant classique !
Rubrique : éphéméride