Instant classique – 16 octobre 1955… 65 ans jour pour jour. Leonard Bernstein compose un Prelude, Fugue and Riffs tout en jazz et en virtuosité. Voilà une pièce qui nous laisse gentiment emporter !

À la fin des années 1940, Leonard Bernstein écrit une pièce pour clarinette seule, qui était censée être insérée dans un ensemble de jazz. Du jazz classique ? Oui car, pour l’illustrer, il reprend quelques termes du monde classique : Prélude, d’abord, puis Fugue (aux saxophones) mais ensuite – chassez le naturel – Riffs. The riffs, dans la langue jazzy, ce sont de brefs thèmes répétés sans cesse (jusqu’à ce que ça s’arrête du moins). Notre Lenny vous explique ça au début de ce petit extrait.

Il le complète en 1949 pour un big band (celui de Woody Hermann), qui ne le jouera pas. Même pas grave, puisque Bernstein utilisera pour la première fois son morceau dans l’émission “Omnibus”, dans laquelle ce grand pédagogue expliquait la musique aux téléspectateurs, et, justement, ce 16 octobre 1955, le « monde du jazz », dans les studios de la ABC.

 

Ce Prelude, Fugue and Riffs est dédié au grand clarinettiste de jazz Benny Goodman, qui était l’ami de Bernstein depuis quelques années. Ce n’est pas lui qu’on voit ici, cependant (il s’agit de Al Gallodoro), mais ça n’empêche pas tout ce petit monde de se laisser gentiment emporter.

J’espère que vous aussi !

Cédric MANUEL

 



Un jour… une œuvre musicale !
Parcourez notre éphéméride