Instant classique – 22 septembre 1875… 144 ans jour pour jour. Joseph Joachim Raff est un compositeur fort prolixe mais aussi fort méconnu dans nos contrées.

Suisse, né en 1822 à Lachen, il devient instituteur à dix-huit ans. C’est une profession répandue parmi les compositeurs : Schubert l’était ou du moins avait commencé à l’être et Bruckner, quasi exact contemporain de Raff, l’était aussi, par exemple. Il apprend la musique et la composition en autodidacte (!) et se fait vite remarquer par Mendelssohn lui-même. Il deviendra un peu plus tard le secrétaire particulier de Franz Liszt, tout de même. Il est l’auteur d’un grand nombre d’œuvres pour piano et pour orchestre.

Cette suite opus 200, en cinq mouvements, est présentée à Hambourg voici tout juste cent quarante-quatre ans, avec Carl Fälten au piano, mais sera surtout connue après sa publication en 1876. C’est une partition tout à fait dans la veine romantique, mais qui s’inspire cependant des constructions baroques (fugue, menuet, gavotte…) que Raff admirait profondément.

Sa fille Hélène écrira plus tard : « Tout le monde disait qu’il voulait mettre du vin nouveau dans de vieilles bouteilles », ce qui est sûrement un peu injuste, puisque les harmonies sont tout à fait dans leur temps. Cela n’empêchera pas son échec au concert, devant l’indifférence du public et, semble-t-il, du soliste lui-même.

Elle recèle pourtant de fort beaux moment : la gavotte-musette est charmante, par exemple ! Sa mélodie simple et guillerette vous trottinera dans le tête tout l’après-midi, ne me remerciez pas.

Cédric MANUEL



Un jour… une œuvre musicale !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »