30 avril 1925… 96 ans jour pour jour – Hindemith compose sa troisième « Kammermusik », une petite pièce proche du concerto. Un concerto étrange et audacieux, du fait de son écriture résolument avant-gardiste, voire un peu aride.

En 1924, alors qu’il est depuis quelques années altiste dans un fameux quatuor de l’époque, Paul Hindemith se lance dans la composition de sa troisième « Kammermusik », créée à Bochum avec des musiciens de l’orchestre local sous sa direction voici quatre-vingt-seize ans aujourd’hui, avec son frère Rudolf au violoncelle.

Il avait commencé à écrire ces petites pièces pour petit ensemble en 1921. Contrairement aux deux premières, plus « chambristes », la troisième kammermusik fait appel à un petit orchestre de dix instruments et à un violoncelle soliste. Comme Hindemith le souhaite alors, son écriture est résolument avant-gardiste, et pour tout dire un peu aride (mais pas inaudible).

Il n’y a pas grand chose d’autre à en dire, le compositeur, assez prolifique, s’essayant ainsi à diverses formes et structures musicales qui, contrairement à son nom ici, ne relèvent pas vraiment de la « musique de chambre »… Ici, on est plus proche du concerto. Un concerto étrange et audacieux, qui a quelque chose de chostakovien alors que le musicien russe, né en 1906, commence à peine à composer…

Cédric MANUEL

 



À chaque jour son instant classique !
Rubrique : éphéméride