Sélectionner une page

Alain Delon, Palme d’or d’Honneur du 72e Festival de Cannes

Alain Delon, Palme d’or d’Honneur du 72e Festival de Cannes
Publicité

Il appartient tout entier au cinéma, à ses plus belles œuvres et à ses mythes : en 2019, le Festival de Cannes a décidé de décerner une Palme d’or d’Honneur à Alain Delon, afin d’honorer sa magnifique présence dans l’histoire du septième art.

Après Jeanne Moreau, Woody Allen, Bernardo Bertolucci, Jane Fonda, Clint Eastwood, Jean-Paul Belmondo, Manoel de Oliveira, Agnès Varda et Jean-Pierre Léaud, le Festival de Cannes est heureux et fier que le légendaire comédien du Guépard de Luchino Visconti (Palme d’or 1963) ait accepté de recevoir les honneurs de la communauté mondiale.

« Avec Pierre Lescure, nous sommes heureux qu’Alain Delon ait accepté d’être honoré par le Festival, déclare Thierry Frémaux, Délégué général. Il a pourtant longuement hésité, lui qui nous a longtemps refusé cette Palme d’or car il estimait ne devoir venir à Cannes que pour célébrer les metteurs en scène avec lesquels il a travaillé. »

On parle de monstre sacré, de légende vivante et d’icône planétaire. Au Japon, où il est vénéré, on le surnomme même le Samouraï du Printemps. Plus de 80 films, d’innombrables chefs-d’œuvre et des superlatifs qui soulignent l’envergure artistique et l’aura internationale d’un homme qui explosa dans Plein Soleil (1960), un polar qui est aussi une ode à son insolente beauté : c’est avec ce film que René Clément invente Delon. Diamant brut, il n’a alors que 25 ans.

 

avec le festival de Cannes



 

 

Publicité

Laisser un commentaire

Soutenez le Mag’

100% indépendant, gratuit et sans abonnement ! Soutenez votre journal !

Restez informé !

Facebook

A découvrir