Affluences, réseau de professionnels du spectacle vivant en Bourgogne-Franche-Comté, vient d’organiser l’un de ses temps de rencontres : “Prémices”. Lors de cette journée consacrée aux créations naissantes, neuf compagnies régionales et une invitée hors région ont présenté leur projet, devant une quarantaine de programmateurs et de directeurs de structures culturelles venus en repérage.

Affluences est un réseau de professionnels du spectacle vivant créé en 2011 par Jean-Michel Baudouin, ex-directeur du théâtre Gaston-Bernard à Châtillon-sur-Seine, en Bourgogne-Franche-Comté. Le 28 septembre dernier était organisé, au théâtre Bernard-Blier à Pontarlier, une rencontre intitulée “Prémices”. Pourquoi “Prémices” ? Parce que cette journée est consacrée à la présentation, devant des programmateurs et directeurs de lieux, de créations qui en sont encore à leur commencement.

12h07 Production, l’Atelier du Vent, l’oCCasion, la Traversée du Chaos, Le Turlupin, les Enfants du siècle (en association avec le Gazouilli des Éléphants), Un château en Espagne, l’ensemble Agamemnon, le Théâtre du Temps Pluriel et Alaska, un projet hors région invité en partenariat avec le réseau Scen’O Centre… Telles étaient les dix compagnies présentes au rendez-vous.

En quoi ce temps de rencontres professionnelles entre artistes et diffuseurs est-il incontournable pour les compagnies ? Qu’apporte-t-il aux structures adhérentes de ce réseau régional qui reste ouvert aux réseaux limitrophes ?

Affluences fêtera bientôt ses dix ans

Le réseau Affluences compte plus d’une quarantaine de structures régionales parmi ses adhérents. « L’année dernière, son nombre était au plus fort, avec quarante-huit membres, précise Nicolas Aubry, son président depuis trois ans et directeur du Réservoir, l’espace culturel de Saint-Marcel en Saône-et-Loire. La présidence d’Affluences est alternée et collégiale. Nous sommes tous bénévolement investis, avec l’envie commune de se retrouver entre professionnels du spectacle vivant. »

Créé en 2011 afin de promouvoir la création artistique et l’émergence de nouveaux talents, Affluences, qui fêtera ses dix ans l’année prochaine, organise pour la deuxième année consécutive la journée “Prémices”, avec le soutien de la région Bourgogne-Franche-Comté, de la DRAC et du conseil départemental de Côte-d’Or, en partenariat avec l’agence culturelle régionale Artis – le lab et le CAHD Centre d’animation du Haut-Doubs.

“Prémices” est l’un des deux temps forts de rencontres du réseau, dédié à la présentation de projets de créations, avec la “Grande Affluences”, second moment qui aura lieu en janvier prochain, lors duquel les compagnies sélectionnées présenteront leur création à leur stade le plus abouti.

Deux temporalités distinctes

« Prémices, c’est la présentation des projets sur table, à leurs tout premiers pas, indique Sandrine Cambon, secrétaire générale du collectif Association bourguignonne culturelle (ABC), structure membre du réseau. En général les compagnies n’ont que quelques éléments : elles ont l’intention, les idées, parfois la distribution, et recherchent surtout des partenaires, des préachats et des coproductions. » C’est ce qui la différencie de la journée “Grande Affluences”, qui présente des spectacles déjà montés ; les résidences et les sorties de résidences ont eu lieu, il ne reste plus qu’à tourner.

Le comité de direction d’Affluences, qui a été plus sélectif cette année en amont, accueillant moitié moins de compagnies, a préféré dissocier ces deux journées d’échanges pour plusieurs raisons. « Nous proposons deux temps de visibilité pour plus de fluidité et afin d’avoir davantage de temps pour présenter le travail des compagnies, confirme Nicolas Aubry. Il y a deux temporalités différentes : Prémices avec des projets qui seront présentés au public en n + 2 ou n + 3 et la Grande Affluences, dont les créations sont prêtes à être jouées, avec une aide financière à la clef. » Là où “Prémices” valorise essentiellement la recherche de coproductions et de résidences, la “Grande Affluences” permet en effet aux spectacles de bénéficier d’une aide financière, prise en charge par le réseau, à hauteur de 30 à 50 % du coût du spectacle.

Des rencontres incontournables ?

Pour participer, il faut être parrainé par un lieu culturel qui s’est préalablement engagé à programmer le spectacle et qui se charge de transmettre – entre octobre et fin novembre – un dossier de candidature au comité de direction du réseau. Un lien sera très prochainement mis en ligne sur le site d’ARTIS – le lab, afin de poser sa candidature.

Pour la metteure en scène Elvire Ienciu, de la compagnie dijonnaise Le Turlupin, qui présentait à cette occasion son projet de création La vie est un songe, ce temps d’échange est incontournable, à plus forte raison car « il faut que quatre programmateurs s’engagent à soutenir le projet pour pouvoir par la suite bénéficier de l’aide à la création délivrée par la DRAC et d’autres aides des collectivités ».

Lors de “Prémices”, les compagnies ont non seulement pu faire connaître le contenu de leur spectacle en devenir, mais encore leurs besoins matériels – lieux de résidences, dates, coûts du spectacle en préachat ou encore le prix de vente en coproduction –, le tout étant détaillé dans un document fourni par ARTIS – le lab.

Une opportunité de repérage pour les programmateurs

L’intérêt pour les structures qui sont membres de ce réseau est double : mieux connaître les compagnies régionales et pouvoir acheter des spectacles à moindre coût. « Parmi les adhérents, il y a une grande diversité de lieux, énonce Nicolas Aubry. On a des scènes labellisées comme l’Arc, scène nationale du Creusot, et des structures comme la Grange rouge, ancienne ferme de Saône-et-Loire reconvertie en centre culturel, qui présente quatre à cinq spectacles par an. On demande aux structures qui souhaitent être membres d’avoir au moins une licence d’entrepreneurs. L’adhésion simple est de cinquante euros ou bien de cent euros si l’on souhaite bénéficier d’une aide financière. »

Ces deux temps de rencontres qui rythment l’année permettent de créer du lien et s’avèrent précieux pour les structures, comme en témoigne Sandrine Cambon de l’ABC. « On a toujours beaucoup d’intérêt pour ce réseau qui est très actif, et on aime vraiment beaucoup ces journées parce que c’est un concentré, soutient-elle. Les compagnies ne nous connaissent pas forcément, donc elles ne viennent pas vers nous ; ça nous permet de faire connaissance avec leurs projets. On connaît plutôt bien les compagnies bourguignonnes des quatre départements, mais beaucoup moins celles de Franche-Comté. » Le réseau Affluences, qui était au départ bourguignon, s’est en effet agrandi avec la création de la grande région : un élargissement qui a de fait dynamisé les liens entre les partenaires.

Découvertes et parrainage

Ces rencontres professionnelles sont ainsi l’occasion de découvrir le travail des compagnies et de le révéler par la suite : « Nous avons découvert la compagnie Pocket théâtre de Thierry Combe, qui était un bébé projet à l’époque, poursuit Sandrine Cambon. Affluences l’a beaucoup aidé à la diffusion sur le territoire régional. Nous avons par exemple programmé son solo théâtral Léon. »

Le soutien aux compagnies passe principalement par un parrainage et un engagement de la part des structures. « Lors de la dernière Grande Affluences, on a par exemple parrainé le collectif 7′ qui va monter Bovary, un spectacle qui sera accueilli dans le cadre du festival jeune public À pas contés. Ça nous engage ! Il faut qu’on ait un certain appétit pour le projet et qu’il soit adapté à notre public. »

Ces rencontres entre programmateurs, diffuseurs et professionnels du spectacle forment donc une opportunité pour les compagnies émergentes d’être repérées, soutenues et accompagnées, depuis la phase de création d’un spectacle jusqu’à sa tournée. Une opportunité qui profite réciproquement aux programmateurs et aux directeurs de structures reposant sur le principe de parrainage.

Morgane MACÉ

Correspondante Bourgogne-Franche-Comté

.

Lire sur le même sujet : Le Réseau du Chainon : un levier exceptionnel de repérage artistique

.



Photographie de Une
Projet En attendant Godard de la compagnie 12h07 Production
Crédits  : Morgane Macé / Profession Spectacle