Les échanges culturels n’ont pas été avantagés par l’accord de Brexit conclu fin décembre. Des négociations sont toujours en cours pour trouver une solution alternative mais en attendant, il faut désormais se faire sponsoriser et obtenir un visa pour faire des représentations au Royaume-Uni.

Un accord de Brexit a été trouvé la veille de Noël mais pour le spectacle vivant, il ne s’agit pas forcément d’une bonne nouvelle. « Les différentes parties n’ont pas su trouver d’accord pour permettre aux artistes de voyager facilement entre le Royaume-Uni et l’Europe », se désole Naomi Pohl, secrétaire générale adjointe du syndicat des musiciens britanniques. Des accords parallèles sont encore en discussion mais, pour l’instant, les nouvelles mesures s’appliquent.

Le procédé est plus compliqué pour les Britanniques qui veulent se rendre en tournée en Europe qu’inversement, mais les règles n’en sont pas moins strictes pour les Européens qui veulent se rendre au Royaume-Uni pour des raisons professionnelles. Désormais, il faudra qu’ils obtiennent un visa spécial : le Temporary Worker – Creative and Sporting visa (T5). La demande coûte 244 livres (près de 280 euros) mais une déduction automatique de 55 livres est appliquée pour les ressortissants de la France et d’autres pays de l’Europe au sens large.

Les critères d’éligibilités

Pour obtenir ce visa, il faut pouvoir apporter une contribution unique au marché britannique. À titre d’exemple, le gouvernement site le fait d’être connu à l’échelle internationale… Il faut aussi obtenir un certificat de parrainage par un sponsor britannique reconnu par le gouvernement. Ce certificat, valide trois mois, doit donner un numéro de référence ainsi que des informations telles que le nombre d’heures travaillées.

Le salaire minimum perçu doit être l’équivalent de ce qui est indiqué par les organisations britanniques comme Equity pour les artistes relevant de la performance, sauf dans le cas des musiciens et des artistes du cirque.

Il faut aussi avoir à disposition 1 270 livres (1 455 euros) pour subvenir à ses besoins, à moins d’être exempté de cette mesure. Il est possible de venir avec son compagnon ou sa compagne et ses enfants mais il faudra alors avoir à dispositions : 285 livres (326 euros) pour le conjoint, 315 livres (361 euros) pour un enfant et 200 livres (229 euros) par enfant supplémentaire.

Le sponsor peut aussi prendre en charge ces frais.

Combien de temps faut-il s’y prendre à l’avance ?

Le gouvernement britannique indique que la décision concernant l’attribution du visa doit prendre trois semaines pour un artiste à l’extérieur du Royaume-Uni. Il est possible d’adresser une demande trois mois avant le début de la prestation, tel qu’indiqué sur le certificat de parrainage.

Durée du visa et prolongation

Il est possible de rester jusqu’à quatorze jours après la date indiquée sur le certificat de parrainage et ce, pour un maximum de douze mois. L’arrivée dans le pays peut avoir lieu quatorze jours avant le début du contrat au plus tôt.

Pour prolonger ce visa, il faut alors payer 19,20 livres pour l’enregistrement des informations biométriques – empreinte digitale et photographie. Il est possible de payer 500 livres (573 euros) pour accélérer la prise de décision et avoir une réponse en cinq jours ou de payer 800 livres (916 euros) pour un retour le lendemain ou le jour suivant.

Ce que permet le visa

Ce visa permet de travailler pour plusieurs sponsors mais plusieurs certificats de parrainage sont alors nécessaires. Il est aussi possible d’effectuer plusieurs contrats pour le même sponsor, mais il ne peut pas y avoir d’écart de plus de quatorze jours entre chaque contrat.

Demander le visa depuis le Royaume-Uni

Une bonne nouvelle : il est possible de demander ce visa depuis le Royaume-Uni. Vous pouvez donc vous rendre sur place comme touriste ou pour d’autres raisons (assister à un meeting, suivre des cours sur une courte durée…) sous le statut de « visiteur standard », qui ne requiert pas forcément de visa, et demander à changer de statut une fois sur place, à la suite d’une opportunité ou d’une rencontre, par exemple. Attention toutefois, il n’est pas possible de travailler sous ce statut de visiteur standard.

Le cas des festivals

Les festivals et événements qui sont sur la liste du « Permit Free Festival » sont autorisés à inviter des artistes sans avoir besoin de délivrer un certificat de parrainage. Cette maigre liste contient par exemple les différents festivals d’été d’Édimbourg, le London Jazz Festival ou encore Glastonbury.

Les artistes invités peuvent alors être payés de façon exceptionnelle sous le statut de visiteur standard. Dans ce cadre, les professionnels peuvent même utiliser un autre visa appelé « Permitted Paid Engagement ». Ce statut ne requiert pas de certificat de parrainage mais il exige une invitation par un organisme ou un client basé au Royaume-Uni.

Chloé GOUDENHOOFT

Correspondante Grande-Bretagne

.