Conforter la (re)connaissance des acteurs culturels en territoires ruraux 

Conforter la (re)connaissance des acteurs culturels en territoires ruraux 
Publicité

De récentes rencontres co-organisées par La chambre d’eau et Opale, en partenariat avec l’Ufisc et la Fédélima, ont été l’occasion de mettre en évidence les atouts singuliers des acteurs culturels des territoires ruraux – de contrer certaines idées reçues – et de faire entendre leurs besoins nombreux et pressants.

Vincent Dumesnil (La chambre d’eau) et Réjane Sourisseau (Opale) reviennent sur quelques points saillants des journées Art et culture en territoires ruraux qui se sont tenues dans les Hauts-de-France à l’automne dernier.

Voisinages et engagements

« À la campagne, on partage un territoire avant de partager des affinités » a-t-on pu entendre lors de ces rencontres. La notion de territoire est à prendre ici dans toute son « épaisseur » : elle renvoie bien sûr aux dimensions physiques, géographiques, administratives, patrimoniales, historiques mais elle s’entend aussi comme espace de vie, comme territoire de représentations symboliques (Alain Lefebvre, 2008).

Ce territoire est souvent un espace d’engagements individuels et collectifs : il n’est pas rare que des habitants soient bénévoles au sein de plusieurs associations, sur le terrain ou en tant qu’administrateurs. Faire vivre des projets culturels en milieu rural dans la durée suppose un volontarisme certain, proche du militantisme.

Le territoire conçu comme un bien commun facilite la création de ponts entre les acteurs culturels et ceux d’autres champs. On voit ainsi des rapports de voisinage se transformer en collaborations, ponctuelles ou plus pérennes. Du prêt d’une pâture au transport en tracteur des chapiteaux d’un festival, en passant par une participation active au tournage d’un documentaire, plusieurs familles d’agriculteurs de l’Avesnois sont parties prenantes des projets du collectif Parasites. En concevant une résidence de photographe en entreprise avec l’entreprise West Pharma au Nouvion-en-Thiérache, La chambre d’eau engage, au-delà d’une action de simple mécénat, un questionnement sur l’identité au travail. Dans l’Aisne, la compagnie Alis implique de nombreux acteurs du social et de l’éducation dans ses projets. En Isère, le travail de Scènes Obliques, marqué par la montagne (ses pentes, ses sommets), invite à poser un regard sensible sur les questions environnementales.

Inventions et expérimentations

En l’absence de lieux dédiés suffisants, mais aussi dans une volonté d’itinérance et de proximité, les acteurs culturels ruraux sont amenés, pour diffuser des spectacles et montrer des installations, à investir des espaces publics ou patrimoniaux, des lieux de vie ou de travail, des espaces paysagers, impliquant de nouer des liens avec les maires, gard