Sortie de purgatoire pour Lars von Trier. Le sulfureux réalisateur, qui avait fait scandale en 2011 sur la Croisette avec des propos controversés sur Hitler, est de retour à Cannes cette année.

[avec AFP]

« Pierre Lescure, président du Festival, et son conseil d’administration ont décidé d’accueillir le retour du réalisateur danois Lars von Trier, Palme d’or 2000 (Dancer in the Dark), en sélection officielle », a annoncé jeudi le festival de Cannes. Son dernier film The House that Jack Built, sur un serial killer interprété par l’Américain Matt Dillon, sera projeté hors compétition.

Demande de pardon et absolution cannoise

Cette décision est peu surprenante, tant les organisateurs avaient préparé les esprits dès l’annonce de la sélection officielle le 12 avril. Mercredi encore, Thierry Frémaux, délégué général du festival, saluait le travail de Pierre Lescure qui œuvrait à ce retour, sept ans après un des plus gros scandales cannois.

En 2011, Lars von Trier avait exprimé sa « sympathie » pour Hitler lors de la conférence de presse suivant la projection de son film Melancholia. Malgré des excuses, il fut déclaré persona non grata sur la Croisette, une sanction sans précédent.

« Je n’ai jamais été et ne serai jamais nazi », a-t-il affirmé dans un discours en recevant le plus prestigieux prix danois récompensant une personnalité de la culture, le prix Sonning. « Les conséquences épouvantables de la conférence de presse m’ont coûté des années d’angoisse. Toute cette histoire m’a appris qu’il faut s’exprimer prudemment », a-t-il ajouté, cité par le journal Politiken.