Il est bien connu que l’on ne prête qu’aux riches, mais tout de même… Pourquoi le groupe Audiens investit-il son argent, ou plutôt notre argent, dans des entreprises privées lucratives ? Au lieu d’aider les petits festivals et autres professionnels du spectacle vivant en manque de visibilité, ce groupe de protection sociale soutient Plus belle la vie et le festival de Cannes. Ras-le-bol de voir notre argent servir à nouveau les puissants !

Lors du rachat de Newen par TF1 pour 300 millions d’euros, nous apprenions les noms d’autres actionnaires, parmi lesquels Lyford Capital Investments Ltd, une mystérieuse société immatriculée aux Bahamas et… Audiens Prévoyance ! Curieuse association.

Voir le groupe de protection sociale, non seulement soutenir des séries sur-financées et à la créativité douteuse, mais encore s’associer avec d’obscures sociétés, n’avait pas été sans faire grincer quelques dents.

Et puis, dernièrement, on apprend qu’Audiens lance une nouvelle application événementielle, « Audiens Zoom », qui permet d’avoir accès aux informations du Festival de Cannes et aux services pratiques pour les professionnels du cinéma.

Mais à qui cela profite-t-il donc ?

Audiens Zoom'On ne sait pas si cette application aidera les professionnels, mais une chose est sûre : c’est le festival de Cannes qui y gagne dans l’affaire ! Il n’y a que le tout-puissant homme d’affaires Pierre Lescure pour se féliciter de cette « application extrêmement pratique, au service des professionnels ». Cela lui aura probablement évité de le faire lui-même ! Car le festival, avec ses millions générés, avait largement les moyens de créer cette appli, si tant est qu’il se préoccupe réellement des professionnels.

Au lieu de quoi, c’est avec notre argent qu’Audiens s’en est chargée.

Car c’est de l’argent de nos retraites dont il est question !

Audiens se paye ainsi une petite opération de communication, sur le dos de ceux que le groupe prétend servir : il recherche la sympathie des professionnels en se servant allègrement de l’argent destiné à ces mêmes professionnels.

Et hop, une trahison supplémentaire de la mission de service public ! Il n’y a aucune raison qui justifie qu’Audiens mette son argent au service d’un festival qui n’en manque pas.

Mais où trouvent-ils donc les sous ?

Une application de ce type demande un investissement financier et humain conséquent. Or toutes les caisses de retraite sont menacées aujourd’hui, de sorte qu’on ignore comment elles financeront les retraites dans 5 ou 10 ans.

Professionnels du spectacle, vous n’aurez peut-être pas de retraite dans dix ans, mais soyez tranquilles : vous pouvez dorénavant suivre les paillettes qui pleuvent sur les marches cannoises et vivre votre vie professionnelle par procuration.

Mais que font les ministères de tutelles, quel contrôle exercent-ils ? Et la Cour des comptes ? Serait-ce encore un abandon des pouvoirs publics face aux syndicats et à la paix sociale ? Ou chacun fait ce qui lui plaît !

Michel LE GRETHANC