Select Page

Avec l’Arcade Paca, les institutions culturelles sont à portée de projet !

Avec l’Arcade Paca, les institutions culturelles sont à portée de projet !
Advertisement

Les rendez-vous professionnels de la culture sont organisés par l’Arcade de Provence-Alpes-Côte d’Azur depuis 2011. Rassemblant un certain nombre d’organismes et d’administrations publiques de premier ordre dans le domaine de la culture, ils offrent aux porteurs de projets culturels la possibilité de les rencontrer directement dans leur département. Profession Spectacle a rencontré le directeur de l’Arcade Paca, Bernard Maarek, ainsi que divers participants aux rendez-vous.

« Le principe est simple, il consiste à rapprocher les institutions culturelles (Drac, Afdas, Sacem, Cress, Reditec, Pôle emploi…) des porteurs de projets, en les décentralisant le temps d’une journée », explique Bernard Maarek, directeur de l’Arcade Paca. Six jours par an, les institutions se rendent disponibles aux porteurs de projets, un jour dans chaque département de la région.

6 rencontres pour 500 participants chaque année

Si l’opération est reconduite pour la sixième année, c’est qu’elle satisfait visiblement tout le monde. « Nous réfléchissons d’ailleurs à la possibilité de faire cela deux fois par an, car la demande est forte », constate le directeur de l’Arcade de Paca, bien que le prochain rendez-vous prévu à Château-Arnoux dans les Alpes-de-Haute-Provence ait failli être annulé faute de participants inscrits. « Mais cela n’est pas étonnant, assure Bernard Maarek. Nous ne pouvons pas prétendre rassembler autant de personnes dans un département qui a la population d’une ville moyenne, qu’à Nice ou à Aix-en-Provence. En moyenne, ce sont 80 personnes qui s’inscrivent à chaque rendez-vous, 500 participants sur la région chaque année. »

Et l’opération fonctionne puisque tous les retours que nous avons eus sont positifs. Le point fort est la possibilité qu’offrent ces rendez-vous aux porteurs de projets de rencontrer directement les organismes institutionnels dans leur département, leur évitant des déplacements longs et coûteux. « Cela nous permet de rencontrer les membres des chargés de mission à Nice plutôt qu’à Marseille, qui est à deux heures et demie de route, nous explique Laetitia Cardon, administratrice de l’Ensemble baroque de Nice. Nous y avons déjà participé trois fois, et nous y rendons chaque fois que cela nous est possible, même pour rencontrer des personnes que nous connaissons déjà. »

L’enthousiasme partagé des acteurs culturels

Fabienne Lacroix, responsable de la galerie d’art associative Le Bazar du Lézard à Brignoles, nous confie y avoir également participé à plusieurs reprises : « L’initiative est intéressante pour les porteurs de projets. Passer une demi-journée avec un interlocuteur de l’État ou de la région dans une ambiance conviviale est une bonne chose, même si les rencontres sont souvent trop courtes et parfois stressantes. Quand on est dans l’attente de subventions de la région, la rencontre avec le représentant de l’institution qui ne connaît pas forcément le dossier peut être tendue. Mais cela se passe bien, en règle générale, et permet de comprendre pourquoi les subventions n’arrivent pas. Quoi qu’il en soit, on arrive toujours à trouver la bonne personne à qui s’adresser. L’idéal serait pourtant d’avoir une journée entière à y consacrer. » Et d’ajouter que cela complète bien les petites journées zoom de l’Arcade.

Antoine Cola, salarié de l’association du centre artistique Impulse de Gap, n’y trouve que des points positifs, bien que ce genre d’événements ne soit pas a priori « son truc ». « Là, c’est vraiment bien, dit-il. Cela permet de rencontrer, dans les départements excentrés, les gens de la région qui sont loin. Nous avons des problèmes de déplacement de locaux et de formation professionnelle à gérer. Ces rencontres nous apportent des pistes concrètes pour monter les dossiers. »

Une économie de temps et d’argent

Une bonne initiative, dont l’Arcade Paca est à l’origine, et qui fait économiser du temps, de l’argent et des déplacements à bien des gens. Il reste à ajouter que, si les rencontres individuelles se déroulent l’après-midi, la matinée est consacrée à des réunions collectives, dont le but est, entre autres, de continuer d’améliorer ces rencontres.

L’entrée est libre et l’inscription obligatoire, pour le bon déroulement des entretiens, comme nous le rappelle en conclusion le directeur de l’Arcade Paca. Le prochain rendez-vous aura lieu ce jeudi 26 mai au Théâtre Durance, dans la jolie commune de Château-Arnoux-Saint-Auban : les inscriptions sont ouvertes jusqu’à ce soir. Ne tardez pas !

Matthieu de GUILLEBON

Nous venons d’apprendre que la rencontre du jeudi 26 mai sera annulée en raison de la pénurie actuelle d’essence dans notre région. En effet, plusieurs intervenants et participants ne pourront se rendre aux RDV professionnels de la culture à Château-Arnoux.

En savoir plus : site de l’Arcade Paca.

Advertisement

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Restez informé !

Rencontre avec Anne-Christine Micheu autour des droits culturels

Nous soutenons …

affiche barcelone en scene à paris theatreaffiche Quand on sait