On ne reconnaît plus Canal+. Sa liberté de ton : disparue. Ses salariés : amers. Son budget : fondu. Ses abonnés : ils désertent. En deux ans, Vincent Bolloré a torpillé « l’esprit Canal ». Désormais, les vedettes sont Hanouna et Morandini…

[Écho de la presse]

Deux ans déjà. Deux ans que l’ouragan Vincent Bolloré s’est abattu sur Canal+. Deux ans qu’on ne reconnaît plus la chaîne cryptée. Plus de Zapping, d’info, d’investigation, de Grand et de Petit journal… Bref, plus de liberté de ton, tout ce qui a fait l’ADN de la chaîne pendant trente ans. Les Guignols, qui avaient déjà perdu de leur mordant au fil des années, sont fantomatiques.

Beaucoup d’abonnés sont déboussolés, ils ont d’ailleurs fui en masse — ils seraient désormais moins de cinq millions en France, mais obtenir des chiffres détaillés s’avère quasi impossible. Bien sûr, il reste des accros au foot, au cinéma et aux séries de prestige — comme Le Bureau des légendes ou

Lire l’article complet de Richard Sénéjoux dans le journal Télérama.



Photographie de Une – Vincent Bolloré (crédits : Copyleft / Wikipédia)