Les Biennales internationales du spectacle (BIS) obtiennent la certification ISO 20121 pour le management responsable de l’événement. Les BIS sont ainsi le premier salon et grand événement nantais à recevoir cette certification spécifiquement dédiée à la filière événementielle.

Communiqué

Qu’est-ce que la norme ISO 20121 ?

Publiée en 2012 lors des Jeux Olympiques de Londres, la norme mondiale ISO 20121 est un cadre pour définir et mettre en œuvre une stratégie de développement durable dans le cadre d’une activité événementielle. Elle oblige les candidats à démontrer les moyens mis en œuvre afin d’attendre des objectifs de RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises) qu’ils ont déterminés. Elle contribue à la mise en place de nouvelles méthodes d’organisation du travail, d’un «management responsable» qui permet de mieux maîtriser les impacts négatifs et d’augmenter les retombées positives sur la société et l’environnement

Une certification pour répondre à des objectifs précis

Sensible depuis toujours à son éco-responsabilité, et soucieux d’aller encore plus loin dans sa politique RSE, le comité d’organisation des Biennales internationales du spectacle s’est engagé dans cette démarche depuis près de deux ans, accompagné par Green Événements, leader en conseil et stratégie d’événements responsables. Il a travaillé autour de trois axes majeurs : l’accueil de ses publics, la maîtrise des impacts environnementaux et la mise en place d’outils de promotion du développement durable.

Suite à l’ultime phase d’expertise effectuée le 22 janvier sur le site d’organisation (Cité des Congrès de Nantes), l’audit réalisé par AFNOR Certification, numéro 1 français de la certification, a validé l’ensemble des critères permettant aux BIS d’obtenir leur certification ISO 20121.

La démarche mise en œuvre par les BIS s’est structurée autour d’objectifs précis :
– rester en cohérence avec les attentes et les évolutions des lieux et événements culturels (festivals, théâtres, salles de spectacles…). Image de la profession, les BIS se doivent d’être la vitrine des préoccupations environnementales et sociétales de la filière ;
– améliorer la performance environnementale et sociétale des BIS : approvisionnements, matériaux, déchets, énergie, confort, accessibilité… ;
– valoriser, structurer, formaliser et renforcer les bonnes pratiques existantes ;
– impliquer l’équipe et les parties prenantes dans un projet transversal, fédérateur et porteur de sens ;
– rechercher l’exemplarité compte tenu de l’ampleur de l’événement.

Tous les processus de management ont été passés au crible : identification des enjeux, sensibilisation et dialogue avec les parties prenantes, respect de la réglementation, relations avec les prestataires, chaîne d’approvisionnement, prévention des risques et nuisances, transport, réduction des consommations d’énergies, optimisation de l’impact des matériaux, tri des déchets…

Des « points forts » soulignés par l’audit de certification

L’un des « points forts » relevés par l’audit de certification a concerné la capacité des BIS à mener des actions significatives d’information et de sensibilisation autour du développement durable en direction de la filière culturelle. À ce sujet, les BIS fêtaient en janvier le 10e anniversaire de leur espace “Culture et développement durable”.

Les autres « points forts » ont notamment porté sur la « Charte développement durable » édictée par les BIS depuis 2008, la qualité de la communication externe, les compétences/expertises de l’équipe d’organisation, le soin porté à la chaîne d’approvisionnement, les démarches de recyclage (déchets, signalétique, mégots, caterings, tours de cou…) et la volonté constante des BIS de susciter et de tirer profit des retours d’expérience pour améliorer les processus d’organisation.

« Nous avons à cœur de maîtriser notre impact social, économique et environne- mental, de rechercher l’exemplarité et de garantir une qualité d’organisation de haut niveau à nos participants, exposants et partenaires, déclare Nicolas Marc, créateur et directeur des BIS. Le processus d’amélioration est constant et tout permet de dire que cette certification, qui doit être revalidée chaque année, va s’inscrire dans la durée. »

« Le système de management mis en place par les BIS a été évalué et jugé conforme aux exigences requises par l’ISO 20121 : 2012 », indique AFNOR Certification.

Cette certification conforte les Biennales internationales du spectacle dans une logique de développement durable et d’organisation responsable et leur permet de rejoindre les grands événements internationaux déjà engagés et certifiés.

.