Select Page

La 22e Mostra du cinéma latino-américain s’ouvre aujourd’hui en Catalogne

La 22e Mostra du cinéma latino-américain s’ouvre aujourd’hui en Catalogne
Advertisement

Dix longs-métrages représentant dix nationalités différentes, dix court-métrages représentant cinq nationalités et huit documentaires provenant de cinq pays différents, seront en compétition, à partir d’aujourd’hui, pendant cette 22e Mostra du cinéma latino-américain de Catalogne. Ce festival majeur pour le cinéma latino, qui se déroule du 8 au 15 avril 2016, est organisé par la mairie et le Centre latino-américain de Lérida (Lleida), ville natale du réalisateur Jaume Balagueró. Du fait de sa proximité géographique, Lérida entretient des liens étroits avec la France, notamment avec Foix et Perpignan, ce qui explique la présence et l’intérêt des Français pour ce grand rendez-vous chaleureux du 7e art.

Toutes les projections auront lieu dans le CaixaForum de Lérida durant la semaine de la Mostra.

L’occasion de découvrir ce festival important, à la rencontre du nouveau monde, encore peu connu du public français : Mostra du cinéma latino-américain de Catalogne.

CATEGORIE : LONG-METRAGE

LA DELGADA LÍNEA AMARILLA (Mexique et France) de Celso R. García (95’) – 2015

Cinq hommes solitaires sont embauchés pour peindre les lignes sur une route qui relie deux villages du Mexique. A raison d’1km par heure, ils ont le temps d’apprendre les limites entre le bien et le mal, entre le rire et le désespoir, entre la vie et la mort. Leurs vies en seront changées à tout jamais.

LA MEMORIA DEL AGUA (Espagne, Chili et Argentine) de Matías Bize (90’) – 2015

Amanda et Javier sont un jeune couple, séparé après la mort de leur fils. Chacun tente de reconstruit sa vie, la première à partir de la douleur, le second par la fuite. Tous deux commencent un cheminement intérieur qui les conduit peu à peu à se retrouver autrement. Si rien ne vient combler la perte de leur enfant, ils perçoivent que l’amour rend possible une nouvelle rencontre, dégageant un nouvel horizon.

 

PISTAS PARA VOLVER A CASA (Argentine) de Jazmín Stuart (90’) – 2014

Dina et Pascual sont frères. Leur mère, Celina, a mystérieusement abandonné la maison lorsqu’ils étaient petits ; leur père, Antonio, malgré ses efforts, ne peut construire un monde fonctionnel pour eux. Des années plus tard, Antonio décide d’entreprendre un voyage pour retrouver Celina mais est victime d’un accident sur la route. Dina et Pascual se retrouvent pour aider leur père. Ce voyage est celui à travers les souvenirs, les ombres du passé ; malgré les surprenants obstacles, les deux frères ont le certitude que la famille, d’une manière étrange, continue d’exister.

MAGALLANES (Pérou, Colombie, Argentine et Espagne) de Salvador del Solar (109’) – 2015

Un soir, Magallanes voit monter dans son taxi Célina, une femme qu’il a connue durant les violentes années au cours desquelles il était soldat de l’armée péruvienne, en lutte contre le Sentier Lumineux, une organisation terroriste responsable de nombreux attentats. Dans ce qui finira par se convertir en une quête personnelle de rédemption, Magallanes fera tout son possible pour aider Célina à surmonter la situation difficile qu’elle traverse.

O OUTRO LADO DO PARAÍSO (Brésil) de André Ristrum (100’) – 2014

Brésil, années 60. A travers les yeux de Nando, un gamin de 12 ans, nous vivons le voyage de son père Antonio, un rêveur idéaliste. Ce dernier, en quête d’un avenir meilleur, décide d’aller à Brasilia, la nouvelle capitale du pays encore en construction. Sous l’influence de l’effervescence politique de l’époque et en raison des promesses de réforme sociale du président Joao Goulart, Antonio rejoint l’action politique des travailleurs du syndicat. Mais en avril 1964, ses rêves se transforment en cauchemars.

UN MONSTRUO DE MIL CABEZAS (Mexique) de Rodrigo Plá (75’) – 2015

Dans une tentative désespérée d’obtenir le traitement médical qui pourrait sauver la vie de son mari, atteint d’une maladie grave, Sonia Bonet se décide à rendre visite au docteur Villalba, le médecin coordonnateur de sa compagnie d’assurance. Mais celui-ci refuse de la recevoir et de donner suite à ses appels. Exaspérée par cette situation, Sonia décide alors de suivre le médecin jusqu’à son domicile pour obtenir enfin une réponse valable. Elle et son fils Dario se retrouvent bientôt pris dans une vertigineuse spirale de violence. Mais Sonia est prête à tout pour récupérer les signatures nécessaires au remboursement du soin.

A ESTRADA 47 (Brésil, Italie et Portugal) de Vicente Ferraz (107’) – 2013

Nord de l’Italie, hiver 1944. Après un assaut qui s’est transformé en débâcle, plusieurs soldats se retrouvent coupés de leur régiment. Inexpérimentés, appartenant au contingent brésilien allié aux américains, ils craignent de se voir accusés de désertion. Afin de se racheter, ils décident de déminer la Route 47, point de passage incontournable pour les alliés.

INTERLUDIO (Argentine) de Nadia Benedicto (80’) – 2016

Sofia, récemment divorcée, voyage avec ses filles Irina et Pachi vers un village en bord de mer : La Lucila del Mar. Le temps qu’elles passent là-bas marque un tournant dans la relation qui unit ces trois femmes.

ALIAS MARIA (Colombie, Argentine et France) de José Luis Rugeles (80’) – 2015

La jungle colombienne de nos jours. Maria 13 ans, enfant-soldat, a grandi dans la jungle avec la guérilla. Lorsque Maria se rend compte qu’elle est enceinte, elle comprend vite que pour garder son enfant, elle doit cacher sa grossesse. Un jour, le commandant du camp confie à Maria son nouveau-né, et lui demande de le convoyer vers une ville voisine.

LA CARGA (Mexique et Espagne) de Alan JonssonGavica (93’) – 2015

A la fin du XVIe siècle, un Indien de Tameme et une espagnole appartenant à la noblesse traversent la vaste géographie du nouveau monde, en quête de justice. Pendant leur frénétique voyage, les tensions et différences entre eux s’estompent et des liens affectifs voient le jour.

CATEGORIE : COURT-METRAGE

CHATARRA (Uruguay) de Walter Tournier (5’) – 2015

Mémoires de vie d’un monde apocalyptique.

CONVERSA (Brésil) de Luciano Arturo Glavina (8’) – 2015

Dans un café, un homme s’assoit à une table pour rencontrer une femme. Une conversation s’engage… Durant ce dialogue beau et sensible, le passé, le présent et le futur s’évanouissent progressivement pour laisser la place à la sincérité et au désir. Un hommage à Mario Benedetti.

DUELLUM (Espagne) de Tucker Dávila Wood (9’45’’) – 2015

Un duel dans la forêt, un jour quelconque.

EL ADIÓS (Espagne) de Clara Roquet (14’) – 2015

Une femme de chambre bolivienne tente d’honorer les dernières volontés de la défunte propriétaire de la maison.

EL CERDO (Espagne) de Pau Durà (9’) – 2015

Un père laisse son enfant de 5 ans à l’école et se dirige en courant vers la banque. Il en sort avec un papier dans les mains, et tout montre que sa vie est en difficultés.

LOS ANGELES 1991 (Etats-Unis) de ZAC&MAC (10’) – 2015

Los Angeles, 1991. Des tensions raciales envahissent les rues de la ville, au bord de l’explosion. Aujourd’hui est un jour important pour Eladio : il s’apprête à venger la mort de son grand frère. En quelques minutera, il découvre qu’il n’est pas le seul à avoir des raisons de tuer quelqu’un…

 

LA CANCIÓN DEL ABUELO (Mexique) de Carlos Alcázar (17’) – 2015

Un vieux paysan, confronté à la tyrannie de ses terres, lègue sa dernière leçon de vie à son unique nièce.

TEREZA (Brésil) de Mauricio Baggio (12’) – 2015

Chico décide un jour de changer sa vie. Afin de réaliser son objectif, il doit compter non seulement sur son courage, mais par-dessus tout sur Tereza.

Y MAÑANA NAVIDAD (Espagne) de Héctor Rull (8’) – 2015

Antonio n’a que cinq minutes avant que Lucie ne revienne du bain…

SAY I AM ONLY SEVENTEEN (Brésil) de André Catoto (8’30’’) – 2015

L’histoire vraie d’un enfant mineur qui entra dans l’armée, pour très vite le regretter. Il envoie une carte à sa mère lui demandant de prévenir son commandant qu’il n’a que 17 ans.

CATEGORIE : DOCUMENTAIRE

LLÉVATE MIS AMORES (Mexique) de Arturo González Villaseñor (87’) – 2014

Un regard intime sur « Les Patrones », ce groupe de femmes mexicaines qui, chaque jour depuis 1995, cuisinent et offrent de la nourriture chaude aux immigrants qui voyagent au-dessus du train de marchandises The Beast, un chemin clandestin et dangereux jusqu’aux Etats-Unis.

ANCONETANI (Argentine) de Silvia Di Florio y Gustavo Cataldi (63’) – 2015

Nazareno Anconetani a 91 ans, exerçant le métier presque disparu de constructeur d’accordéons. Grâce à sa joie et à la magie de ses récits, le vieil homme nous transporte dans un passé, lorsque l’effort et le travail étaient une célébration quotidienne de la vie.

EL ÚLTIMO PASAJERO, LA VERDADERA HISTORIA (Argentine) de Mathieu Orcel (69’) – 2015

Dans un village fantôme de la côte argentine se trouve un hôtel néo-classique abandonné. C’est ici que vit son propriétaire, Eduardo Gamba, un vieil homme sympathique. Il offre une visite guidée, contant légendes et histoires du passé… Mais rien de cela n’est réel.

LA CALLE DE LOS PIANISTAS (Argentine) de Mariano Dante (90’) – 2015

Natasha est une jeune pianiste prometteuse, fille d’une prestigieuse famille de pianistes qui vit à Bruxelles, à côté d’une autre famille de musiciens, les Lechner, originaires d’Argentine. Alors qu’elle s’apprête à vivre un moment décisif pour ses débuts comme pianiste professionnelle, Natasha se retrouve prise dans un environnement de musique et de compétition entre les deux maisons, les deux familles. Assumer l’héritage familial sera primordial pour elle.

HIJA DE LA LAGUNA (Pérou) de Ernesto Cabellos (87’) – 2015

Nélida est une femme des Andes qui parle avec les esprits de l’eau. Un chercheur d’or fortuné menace un jour de détruire la lagune que Nélida considère comme sa mère. Pour l’éviter, Nélida rejoint la lutte menée par les paysans de la région, qui craignant l’absence d’eau pour leurs familles et leurs terres. Le groupe se heurte à la plus grande mine d’or d’Amérique du Sud.

LA PARTE POR EL TODO (Argentine) de Roberto Persano, Juan Andrés Martínez Canto y Santiago Nacif (72’) – 2015

Pendant la dernière dictature militaire argentine, les FFAA organisèrent un plan systématique de récupération des mineurs : le plus horrible fut le fonctionnement de maternités dans les centres clandestins de détention. Le documentaire suit l’histoire de trois petits-enfants restitués à leur famille, pour voir comment fut mené un tel génocide, jusqu’à la soustraction de toute identité pour les bébés nés en captivité.

TUS PADRES VOLVERÁN (Uruguay) de Pablo Martínez Pessi (80’) – 2015

En 1983, un groupe de 154 enfants, âgés de 3 à 17 ans, s’envolèrent seuls de l’Europe à Montevideo. Tous étaient des enfants d’exilés politiques de l’Uruguay, frappés de l’interdiction de retourner dans leur pays natal ; ils décidèrent donc d’envoyer leurs enfants, afin qu’ils connaissent leur sol originel et leur famille restée sur place. Ce geste humain, chargé d’un véritable message politique, marqua profondément le développement des enfants. Six d’entre eux en témoignent : ils se souviennent encore de ce jour où une foule les reçut en Uruguay en chantant : « Vos parents reviendront. »

ROBLES, DUELO AL SOL (Espagne) de Sonia Tercero Ramiro (85’) – 2015

John Dos Passos Coggin voyage à Madrid pour reprendre l’investigation menée par son grand-père, l’écrivain John Dos Passos, sur l’étrange disparition pendant la guerre civile de son ami José Robles Pazos, professeur à l’Université Johns Hopkins. Les conclusions de ses recherches sur l’assassinat de Robles provoquèrent la rupture d’une belle amitié, celle de Dos Passos avec Hemigway, et le désenchantement de Dos Passos pour la cause communiste.

Vanessa LUDIER

Advertisement

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Restez informé !

Rencontre avec Anne-Christine Micheu autour des droits culturels

R.O.C & Folk

dessin coupe du monde footballdessin_roc_johnny_heritage