fbpx

Sélectionner une page

“La moitié du ciel, deux enfants c’est un de trop” : surpopulation et dignité humaine

“La moitié du ciel, deux enfants c’est un de trop” : surpopulation et dignité humaine
Publicité

Notre monde se transforme, change ; l’humanité se trouve devant des défis à relever, notamment celui de la surpopulation. Quelles réponses donner, quel avenir peut être tracé pour les générations futures, afin que chacun puisse vivre dignement ? Sans répondre directement, les membres du Collectif DIXIT nous livrent une œuvre engagée, sincère et profondément humaniste.

Quelque part, loin de chez vous ou peut-être tout près, sévit la loi de l’enfant unique. Face au risque de surpopulation, cette loi s’invite dans les familles, le cœur, le ventre des femmes. On achète une épouse venue d’ailleurs, on cache un frère interdit, on désire un fils à tout prix, on tente d’échapper aux avortements forcés.

Dans une société d’apparence paisible la vie des habitants est rongée par les tentations, le désarroi et les murmures. Certains ont décidé de se soumettre, de collaborer ou de résister ; tous tentent de défendre leur propre conception du bonheur.

Cette création ne repose pas sur un texte que l’on aurait adapté pour créer un spectacle mais sur un travail de recherche colligeant témoignages, documentaires, revues de presse, etc., réalisé par groupe d’apprentis comédiens en dernière année d’école. C’est en septembre 2017 qu’Emmanuel Besnault décide de les accompagner dans la création de cette œuvre collective. Une première version, sous la forme d’un travail de fin d’étude, sera suivie par une seconde qui aboutit en mars 2019 à celle donnée cet été à Avignon.

Ce long travail d’improvisation et d’écriture collective a été l’occasion pour chacun de créer son personnage et de le faire vivre. Emmanuel Besnault, en maître d’œuvre, a guidé ces jeunes auteurs-acteurs à évoluer en cohérence pour arriver à l’harmonie du texte.

Tragédie au présent

Conçu à l’image d’une tragédie, c’est dans un langage très actuel, celui de tous les jours, que les protagonistes évoquent le thème de l’enfant unique et déclinent les raisons qui ont amené les dirigeant de cette société imaginaire à légiférer pour définir une telle politique.

L’enfant conçu hors mariage, le besoin de recourir à la procréation médicalement assistée avec la difficile question de la réduction embryonnaire et l’enfant de trop, celui qui est né malgré tout, qui n’a aucune existence légale et que l’on cache… Voilà les enjeux de cette pièce qui se déroule dans un pays imaginaire au régime composé de ses dirigeants rigides, de ses fonctionnaires qui appliquent la loi et de ses jurys populaires bien soumis, qui décident du sort de chacun.

La mise en scène est minimaliste : pas de décor, pas de mobilier ni d’effets. Le texte suffit à créer l’imaginaire, à suggérer les lieux où se déroule l’action. Les costumes, sobres mais suffisamment colorés, ne nous indiquent pas d’époque particulière. La mise en lumière est magnifique : Emma Schler nous propose une vision picturale de chacune des scènes. C’est un travail de peintre qu’elle offre à la pièce, tantôt intimiste avec de magnifiques teintes en clair-obscur, tantôt violent avec des contrastes découpant les visages pour mieux fixer les attitudes et les regards des comédiens dans des scènes où la violence du propos ne s’entend pas que dans le jeu d’acteur mais se ressent aussi dans l’ensemble cohérent de la mise en scène.

Ces jeunes auteur-comédiens nous délivrent là, avec excellence et générosité, une œuvre qui fait réfléchir sur nos libertés acquises et sur notre capacité à accepter ou à refuser que l’on nous impose nos choix de vie. La justesse de leur jeu d’acteur nous emporte tout au long de la représentation. Ils nous font aimer l’un, détester l’autre, en tentant toujours de comprendre – sans les excuser pour autant – les comportements humains. Ils nous conduisent à l’empathie pour ceux qui subissent et à l’émotion pour celui qui souffre de n’être personne, de n’avoir pas d’état civil et qui n’est rien qu’un fantôme : l’enfant de trop.

Yves TRAUGER



Spectacle : La moitié du ciel (deux enfants c’est un de trop)

Création : 2017/2019
Durée : 1 h 15
Public : Tous public

Texte : collectif DIXIT
Mise en scène : Emmanuel Besnault
Avec : Nicolas Depye, Victor Duez, Florian Eleon, Lionel Fournier, Sophie de Guérines, Alexis Guinoiseau, Marion Haïlé, Christiana Rüttimann, Julien Tomasina, Nicolas du Verne
Création des costumes : Jennifer Béteille, Hélène Lecrinier
Mise en lumières : Emma Schler
Chargé de diffusion : Léonie Lenain (dixitcollectif@gmail.com)

Crédits photographiques : Alexandre Isaac
.



Où voir ce spectacle ?

Spectacle vu le 20 juillet 2019 au théâtre des Barriques (Avignon).

– Du 5 au 28 juillet 2019 : théâtre des Barriques, Avignon Off.

Tournée : toutes les dates.

.

La moitié du ciel, deux enfants c'est un de trop (crédits : Alexandre Isaac)



Découvrir toutes nos critiques de spectacles



 

Publicité

Laisser un commentaire

Soutenez le Mag’

100% indépendant, gratuit et sans abonnement ! Soutenez votre journal !

Restez informé !

RSS Les blogs du Mag’