Le rapport d’Alain Sussfeld inquiète les professionnels du cinéma

Le rapport d’Alain Sussfeld inquiète les professionnels du cinéma
Publicité

Communiqué de presse concernant les réactions du Syndicat des Producteurs Indépendants (SPI) et de l’Union des Producteurs de Cinéma (UPC) au sujet de la réforme de l’agrément.

Le Syndicat des producteurs indépendants (SPI) et l’Union des producteurs de cinéma (UPC) tiennent à exprimer leur inquiétude à la lecture du contenu de l’interview de Madame Frédérique Bredin dans le magazine d’Ecran Total du mercredi 6 juillet dernier, dans laquelle elle indique notamment que « les réactions ont été très positives » au rapport d’Alain Sussfeld sur la réforme de l’agrément.

Ils avaient en effet fait part à la présidente du CNC, par courrier du 21 juin dernier, de nombreuses réserves et remarques sur le contenu de ce rapport, pointant des insuffisances et des propositions non étayées et demandant une étude d’impact du projet de réforme proposé.

Cette interview montre qu’à l’évidence il n’en a pas été tenu compte.

L’agrément des films de long-métrage est une pierre angulaire du cinéma français, qui touche au cœur même de la production cinématographique. Sa réforme est un sujet d’une particulière importance et la réaction des organisations représentatives de la production que sont le Syndicat des producteurs indépendants (SPI) et l’Union des producteurs de cinéma (UPC) ne peut être ignorée.

Le Syndicat des producteurs indépendants (SPI) et l’Union des producteurs de cinéma (UPC) veulent croire que le CNC entendra véritablement les producteurs lors de la concertation qui doit intervenir et prendra en considération leurs avis et analyses, fondés sur l’expérience, sur un sujet qui concerne directement l’avenir de leur métier mais également le modèle français du cinéma.

Newsletter

Sélectionner une ou plusieurs listes :
Publicité

2 commentaires

  1. Désolé pour les fautes, j’ai taper trop vite et c’est en grisé très difficile à lire…. CYRILLE LE GALL

  2. Je suis réalisateur et je réfléchie sur la possibilité de tourner à l’étranger….. En effet, en 1970 quand j’étais avec Gérard Pirès sur le tournage de  » SOMBRES VACANCES » qui s’est aoppelé par la suite l’AGRESSION. Nous prenions des figurants sur place et dont on ne payait pas de charges. Aujourd’hui nous sommes envahis de taxes et cotisations en tous genre qui nous empêchent même de donner des emplois où de constituer une équipe en permanence…. Avec des acteurs principaux des têtes d’affiches qui eux sont payés (off courses) avec des contrats précis….. Comment peut on tourner en France alors que l’on n’arrive même pas à intéresser des producteurs sur des films aussi importants que les deux que je prépare en l’occurrence sur les Guerres de Vendée et sur l’égyptienne Hatchepsout…….. Ces deux projets représentent de nombreux emplois pas seulement sur les acteurs, mais la logistiques, les loges, les cantines etc……. A MEDITER. CYRILLE LE GALL

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.