L’Union des producteurs de cinéma (UPC) a pris connaissance de l’interview de Maxime Saada, Directeur général du Groupe Canal Plus, publiée par le Film Français le 20 octobre 2016, dans laquelle il appelle à une réforme en profondeur de la chronologie de médias, aboutissant à avancer de quatre mois la première fenêtre de la télévision payante.

[Communiqué]

Il y propose un dégel total de l’exploitation des films en vidéo à la demande dite « locative » pendant toute la fenêtre d’exploitation télévisuelle des films préachetés ou achetés par les éditeurs de services de télévision du Groupe Canal Plus et, en outre, que soit créée une fenêtre d’exploitation spécifique pour le téléchargement définitif des films (dénommée « EST »).

L’UPC exprime son accord avec cette mesure décisive proposée par le Groupe Canal Plus, dés lors que, de manière concomitante, ce dernier donne à l’ensemble du secteur un signal fort de pérennité du partenariat qui a donné lieu aux accords et échanges de courriers signés avec le cinéma en mai 2015, et ce en prolongeant sans changement lesdits accord et échanges de courriers pour une durée de deux ans, soit une durée totale de sept ans à compter de leur date d’entrée en vigueur.

Il doit bien évidemment en découler que doit également avancer de quatre mois la fenêtre d’exploitation des autres diffuseurs qui investissent de manière significative dans la création cinématographique française et européenne, et qui acceptent de la même manière un dégel total de l’exploitation des films en vidéo à la demande dite « locative » pendant toute leur fenêtre d’exploitation des films qu’ils ont préachetés ou achetés.

L’UPC invite l’ensemble des professionnels signataires de l’accord sur la chronologie des médias à poursuivre cette dynamique afin de permettre une modernisation historique de l’offre légale des œuvres cinématographiques et de prolonger les discussions pour une meilleure valorisation de l’ »EST ».

C’est l’occasion de réaffirmer la nécessité qu’en parallèle les pouvoirs publics mettent en place les moyens indispensables à une lutte déterminée et efficace contre le piratage des œuvres cinématographiques et audiovisuelles sur les réseaux électroniques, dont une législation adaptée, afin de rattraper le retard pris dans ce domaine par notre pays vis à vis de nos grands voisins européens.


L’Union des producteurs de cinéma (UPC) est le premier syndicat de producteurs cinématographiques d’Europe. Rassemblant près de 200 producteurs de tous types de films de long- métrage, il représente la diversité de la production cinématographique française, première en Europe, deuxième exportatrice mondiale et source de nombreuses récompenses dans les plus grands festivals mondiaux.