fbpx

Sélectionner une page

L’exposition du photographe Raghu Rai offre des voyages dans l’instant

L’exposition du photographe Raghu Rai offre des voyages dans l’instant
Publicité

Le photographe Raghu Rai est « l’un des plus grands photographes du monde », selon Sebastião Salgado. Depuis le 20 novembre dernier, une exposition de ses œuvres a lieu au Palais de l’Institut de France. Que faire d’original pendant ces vacances de Noël ? S’y rendre avant la fin, le dimanche 5 janvier 2020.

Située dans l’enceinte même du Palais de l’Institut de France, face au Pont des Arts et affectée à l’Académie des beaux-arts depuis le 24 juin 1872 suite au legs de la Comtesse de Caen, cet espace accueille traditionnellement les expositions des lauréats des prix de l’Académie.

Cette exposition des œuvres de Raghu Rai inaugure la réouverture de cet espace, dont la rénovation a été confiée à l’académicien Jean-Michel Wilmotte, membre de la section d’architecture de l’Académie, qui a généreusement offert son projet.

Dates et horaires d’ouverture
Palais de l’Institut de France, 27 quai de Conti, Paris Vie
Du 20 novembre 2019 au 5 janvier 2020
Exposition ouverte du mardi au dimanche de 11 heures à 18 heures
Entrée libre

Avis de Sebastião Salgado

« Le plus célèbre photographe de l’Inde est l’un des plus grands photographes du monde. Parler de Raghu Rai, c’est d’abord saluer un beau personnage épris d’humanité, d’amour et de respect pour les autres. D’où sa préoccupation, partagée avec toute la communauté des photographes et des journalistes du sous-continent indien, de veiller à la justice sociale au sein de son pays.

À ce combat profondément humain, Raghu en a ajouté un autre qu’il livra, et continue de livrer, avec le même engagement : la défense de la nature. Oui, Raghu Rai est un réel écologiste. Un grand planteur d’arbres. Avec Meeta, son épouse, ils ont acquis, dans les environs de New Delhi, un lopin de terre sur lequel ils ont planté toute une forêt miniature.Chez eux, dans leur jardin de Khan Market, il y avait, partout, dans des sachets, des petits plants d’arbres. Des milliers, des dizaines de milliers de plants qui étaient ensuite transférés puis replantés sur leur terre. Aujourd’hui, ces petits arbustes sont devenus des arbres immenses. Proche de sa famille, de ses amis, de ses arbres, cet immense photographe a su, tout au long de son existence, cultiver son jardin. C’est là qu’il a récolté sa sagesse. C’est en Inde qu’il a trouvé cette paix que l’on retrouve dans ses images. »

Biographie

Né en 1942, à Jhang (Inde britannique – actuel Pakistan), Raghu Rai devient photographe à l’âge de 23 ans. L’année suivante, il rejoint l’équipe du journal The Statesman en tant que photographe en chef (1966 à 1976) et occupe, en parallèle, les fonctions de rédacteur en chef du service photo du magazine d’actualité hebdomadaire Sunday, publié à Calcutta (1977-1980).

En 1971, à la suite de son exposition à la Galerie Delpire à Paris sur les réfugiés pakistanais du Bengale, Henri Cartier-Bresson lui propose d’intégrer Magnum Photos dont il est toujours associé aujourd’hui. En 1982, il devient directeur de la photographie pour le magazine India Today, principal magazine d’actualités indien. Il a collaboré à des numéros spéciaux, contribuant ainsi à la réalisation d’essais photographiques novateurs sur des problématiques sociales, politiques et culturelles de la décennie (1982 à 1991).

Au cours des dix-huit dernières années, Raghu Rai a exclusivement consacré son travail à l’Inde. Il est l’auteur d’une cinquantaine d’ouvrages dédiés aux événements et figures de son pays : Delhi, les Sikhs, Calcutta, le Taj Mahal, Mère Teresa… Son reportage approfondi sur la catastrophe du Bhopal en 1984 dans le cadre d’une mission de Greenpeace International a donné lieu à un livre et à une série de trois expositions entre 2002 et 2005.

De très nombreuses expositions lui ont été consacrées dans le monde entier, dont notamment, des rétrospectives aux Rencontres de la photographie d’Arles en 2007, à la National Gallery of Modern Art de New Delhi en 2008 ou encore à l’Aicon Gallery de Londres en 2011.

Il a reçu le Padma shree en 1972, l’une des plus hautes distinctions civiles indiennes, pour l’ensemble de son travail consacré à la guerre de libération du Bangladesh et à ses réfugiés. En 1992, il est désigné « Photographe de l’année » par les États-Unis pour son travail relatif à la « Gestion humaine de la faune en Inde », publié dans le magazine National Geographic. En 2009, il est nommé Officier des Arts et des Lettres par le gouvernement français. Il a reçu en 2018 le Lucie Award du photojournalisme décerné par la Lucie Foundation, à New York.

Ses reportages photographiques ont été publiés dans de nombreux magazines et journaux du monde entier. Il a créé en 2012 le Raghu Rai Center for Photography, lieu de partage et d’enseignement de la photographie auprès des jeunes générations.

Raghu Rai vit actuellement à New Delhi et travaille à la réalisation de son 57e ouvrage

Raghu Rai par lui-même

Dans mon travail, j’ai cherché à me concentrer sur les équations changeantes de notre époque, en essayant d’enregistrer les plus profondes réponses humaines universelles aux réalités, à l’énergie, à l’esprit. Je crois que le travail du photographe est de cadrer et de découper une tranche en forme de photogramme dans le monde qui l’entoure, de manière si fidèle et honnête que, s’il pouvait la remettre là où il l’avait prise, la vie et le monde se remettraient en mouvement sans à-coup. A ce stade, mon but n’est plus tant de produire de « bonnes photographies » que d’aller au-delà des styles acquis et de traiter de la vie elle-même. En Inde, comme dans le reste du monde, nous vivons une ère de millions d’images éphémères.

Heureusement, une bonne photographie peut communiquer des niveaux plus profonds d’expérience humaine ; elle peut changer notre vision du monde et ouvrir la possibilité d’une autre vision, d’un éveil. (…)Nous saisissons la réalité, la vérité – non seulement son aspect physique, mais aussi les vibrations intérieures d’un espace ou d’une personne. Les vibrations viennent en chuchotements doux, et uniquement dans des moments où l’on a l’esprit calme et l’on fait silence en soi. Ce que vous reflétez à travers votre image a saisi la réalité physique avec son aura intérieure.

On dit qu’une bonne photo vaut un millier de mots. Mais des milliers de mots peuvent faire beaucoup de bruit. On pourrait s’accorder un moment de silence – un moment dans un espace non-négociable. Si tant d’histoires ont été racontées encore et encore de tant de manières différentes en mots et en photographies, le silence, en revanche, est rare. (…)Beaucoup des précieux trésors de notre civilisation – des relations humaines, des valeurs et des interactions simples de la vie quotidienne – connaissent actuellement des transformations de fond. C’est précisément de cela que je parle, pour rapprocher l’homme, le mettre face à face avec la réalité humaine. […]

Pour moi, l’INDE est le monde entier, un océan de vie – en perpétuel remous ! Ce n’est plus jamais pareil… au même endroit… […] Mais l’Inde garde vivant l’esprit intérieur de sa propre civilisation avec toutes ses contradictions. […] Je me tiens au milieu de ce déluge humain tentant de démêler la fusion et l’émergence de différentes couleurs, la myriade de teintes de chaque émotion, mise en branle par chaque charge et recharge. C’est une exploration dans l’inconnu et l’invisible. Elle se dynamise et s’enrichit… Le fluide sans repos et pourtant reposant chez lui en moi… Le désir inadéquat d’être multiple, d’être quatre ou cinq de moi-même, c’est le désir de la vie pour elle-même qui me fait continuer… L’émergence de l’invisible et la révélation de l’inconnu me laissent stupéfait !

L’expérience devient DARSHAN.

Quel pays que le mien !

Raghu Rai

.



Photographie de Une : Mother Teresa in prayer, Kolkata, 1995 (crédits : Raghu Rai)



 

Publicité

Laisser un commentaire

NOUVEAUTÉ

lancement_le_cahier_pro_profession_spectacle_mag-dossier_juridique_social_pour_employeurs_spectacle

Soutenez le Mag’

100% indépendant, gratuit et sans abonnement ! Soutenez votre journal !

Newsletters

Les dessins de Caly

dessin de Caly Franck Riester ministre tension avec les artistesBande Dessinée auteur festival Angoulême dessin CalyCaly - Joyeux NoëlCaly - Dessin année 2020