Nancy – Le magnifique orgue de la cathédrale en restauration

Publicité

Les travaux, qui ont débuté en novembre dernier, dureront trois ans, pour un montant de plus d’un million d’euros. L’enjeu : rendre son état historique Cavaillé-Coll, en y intégrant des améliorations techniques.

L’orgue de la cathédrale Notre-Dame de l’Annonciation de Nancy, réalisé entre 1756 et 1763, est le maître ouvrage du facteur d’orgue nancéen Nicolas Dupont, à qui l’on doit également les instruments de la cathédrale de Toul et de l’église Saint-Jacques de Lunéville.

Coût de la restauration : 1 125 247 euros

Victime de vandalisme lors de la Révolution française, il est d’abord restauré par Jean-François Vautrin en 1808, puis – surtout – par Aristide Cavaillé-Coll 1859 et 1861, devenant alors l’un des instruments majeurs en France, avec soixante-quatre jeux sur quatre claviers et pédale.

Depuis le XIXe siècle, il n’a connu que des petites réparations à la marge, dont une qui pose encore aujourd’hui quelques problèmes : une dénaturation – surtout pour ce qui est du positif – provoquée par l’intervention de Hærpfer-Erman en 1965.

Inscrits au plan de relance de l’économie, les travaux sont financés par l’État et coordonnés par la DRAC Grand-Est pour un montant de 1 125 247 euros. L’enjeu est de restituer l’état de l’orgue lors de sa restauration par Cavaillé-Coll et, plus largement, de favoriser une nouvelle esthétique sonore.

4 200 tuyaux à restaurer

Concrètement, « toute la partie instrumentale sera démontée et transportée en atelier pour y être restaurée en profondeur », explique la DRAC Grand-Est dans un communiqué, ce qui représente pas moins de 4 200 tuyaux. Seuls deux corps du buffet resteront en grande partie sur la tribune. « Le buffet sera nettoyé à la brosse aspirante, et à l’éponge humide pour les parties les plus encrassées, détaille la DRAC. Toutes les surfaces seront ensuite traitées à la cire microcristalline. »

La restauration sera assumée par un groupe d’entreprises – Chevron, Guerrier et Jurine –, sous la houlette de Christian Lutz, en charge de la maîtrise d’œuvre. À la mise en place de l’échafaudage, en cours à l’heure où nous publions cet article, succèdera le démontage de l’orgue, de janvier à avril. Les travaux de restauration et l’assemblage de l’ensemble s’étaleront durant deux ans, jusqu’en 2024.

.



Source iconographique : Wikipedia (licence : CC BY-SA 3.0)



 

Newsletter

Publicité

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.