En 2015, en Nouvelle-Aquitaine, les dépenses intérieures de recherche et de développement représentent 1,4 % du produit intérieur brut de la région. Si, sur les huit dernières années, la Nouvelle-Aquitaine montre l’augmentation la plus forte, l’effort reste néanmoins insuffisant en comparaison de l’Occitanie et de l’Île-de-France.

En 2015, en Nouvelle-Aquitaine, les dépenses intérieures de recherche et de développement s’élèvent à 2,3 milliards d’euros, soit 1,4 % du produit intérieur brut de la région. La France, bien que plus proche de l’objectif européen, n’atteint pas les 3 % visés. Entre 2007 et 2015, l’effort de recherche néo-aquitain augmente davantage que dans les autres régions grâce à la recherche privée, concentrée sur quatre grandes entreprises de l’industrie aérospatiale et électronique. Les emplois sont installés autour de Bordeaux, mais aussi de Pau, Niort et Châtellerault. La recherche publique est principalement réalisée dans les divers établissements d’enseignement supérieur.
.

INSEE - Effort de recherche et développement en % du PIB, en 2015
.

Un effort de recherche de la France supérieur à la moyenne des pays de l’Union européenne

L’Union européenne s’est fixé un ensemble d’objectifs à l’horizon 2020 pour favoriser la croissance économique. L’un d’entre eux est d’investir 3 % du produit intérieur brut (PIB) dans la recherche et développement (R&D). En 2015, en France, la dépense intérieure de R&D s’élève à 50 milliards d’euros, soit 2,2 % du PIB. Au niveau mondial, Israël (4,3 %) suivi de la Corée du Sud (4,2 %) occupent la tête du classement. L’effort de recherche de la France se situe au-dessus de la moyenne des 28 pays de l’Union européenne (1,9 %), mais derrière l’Allemagne (2,9 %) ou la Suède (3,3 %).

Avec 2,3 milliards d’euros de dépenses en 2015, l’effort néo-aquitain de recherche représente 1,4 % du PIB régional. Comme au niveau national, les dépenses intérieures de R&D en Nouvelle-Aquitaine proviennent d’abord des entreprises (62 %) devant les administrations publiques (38 %). La Nouvelle-Aquitaine se classe au 9e rang des 13 régions métropolitaines. Seules l’Occitanie et l’Île-de-France atteignent la cible européenne avec respectivement 3,7 % et 3,0 % de leur PIB. Pour y parvenir en Nouvelle-Aquitaine, à PIB constant, il faudrait plus que doubler la dépense de recherche de 2015.

En Nouvelle-Aquitaine, l’effort de recherche enregistre la plus forte hausse des régions françaises (+ 0,4 point) entre 2007 et 2015. Cette évolution est notamment soutenue par l’augmentation des dépenses intérieures de R&D des entreprises : + 57 % en valeur, soit le double de la moyenne nationale. Tous les secteurs de l’activité privée progressent fortement sauf le secteur des transports et biens d’équipements (+ 28 %) qui s’inscrit dans le rythme national.

En 2016, l’effort de recherche néo-aquitain ralentirait (– 0,1 point par rapport à 2015) et augmenterait au niveau national (+ 0,1 point).

TÉLÉCHARGER : étude complète réalisée par Grégory Bodeau pour l’INSEE.

.