Rien de spécial : Will Sheff, leader du groupe Okkervil River, s’essaie en solo…

Rien de spécial : Will Sheff, leader du groupe Okkervil River, s’essaie en solo…
Publicité

Dans l’attente de la sortie de son premier album solo, Nothing Special, le 7 octobre prochain chez ATO Records, Will Sheff dévoile un second extrait vidéo. Il s’éloigne des sons habituels de son groupe Okkervil River, son groupe d’indie-rock rexan, pour affirmer des sonorités qui lui sont plus propres.

Okkervil River, ce sont neufs albums parus, des centaines de concert, des milliers de fans. C’est précisément contre la folie de tels chiffres que s’inscrit l’album solo de Will Sheff : il dénonce les illusions glorieuses vendues par le rock et aspire à retrouver les valeurs qui fondent un homme dans sa relation aux autres, à la nature.

Le clip de « Nothing Special », qui donne son nom à l’album, a été réalisé par John Paul Horstmann. Dévoilé à la fin du mois d’août dernier, il fait suite à la publication d’un premier extrait en vidéo, « Estrangement Zone », le 17 juillet dernier.

« Quand j’étais gosse, je me suis laissé embringuer dans ce rêve de devenir une star de rock, explique Will Sheff à l’occasion de la sortie de son nouvel album. Comme tant de jeunes gens, je suis tombé amoureux de cette idée, romantique, d’être appelé par ce chemin soit-disant plus glorieux, en marge de la vie ordinaire menée par les gens “ordinaires”. Et je me suis retrouvé dans un groupe avec d’autres gens qui avaient ressenti ce même appel – surtout notre excellent batteur Travis Nelsen, qui était comme un frère pour moi. Tous les deux, nous partagions ces histoires mythiques sur les stars du rock, leurs excès et leurs morts tragiques, comme s’il s’agissait d’écritures saintes. »

Mais une brouille éclate et Travis Nelsen quitte Okkervil River en 2010, après sept années dans le groupe. Les deux musiciens se perdent de vue. Le 7 avril 2020, Travis Nelsen meurt dans son sommeil, âgé de seulement quarante-quatre ans.

« Je crois qu’une grande partie de Nothing Special tourne autour du deuil de l’avoir perdu, poursuit Will Sheff. Il tourne aussi autour de tout ce que mes amis ont perdu, et, enfin, du deuil pour ce mythe du rock’n roll. Il y est aussi question d’ouvrir les yeux et d’aller vers une réalité plus transcendante. »

Cet album juxtapose des références à la pop baroque, des ballades au synthé, sci-fi psychédélique, et le spectre grand-angle des sorties du label ECM dans les années 1970 et 1980.

L’album a été produit par Sheff lui-même et enregistré au cours de trois sessions distinctes avec les réalisateurs John Congleton (St. Vincent, The War On Drugs), Matt Linesch (Edward Sharpe, Gil Landry) et Marshall Vore (Phoebe Bridgers, Conor Oberst).

.



Photographie à la Une : Will Sheff (© Bret Curry)



 

Newsletter

Sélectionner une ou plusieurs listes :
Publicité

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.