Le groupe japonais Sony a annoncé aujourd’hui mardi l’acquisition d’EMI Music Publishing, société spécialisée dans l’édition musicale qui dispose d’un catalogue de plus de deux millions de titres, de Queen à Pharrell Williams. Un exemple de la stratégie de renforcement des droits multimédias que veut poursuivre le nouveau PDG du groupe nippon.

[avec AFP]

Sony, qui détient déjà une part minoritaire dans EMI via une de ses filiales, a signé un accord avec le fonds d’investissement Mubadala, basé à Abou Dhabi, pour lui racheter les 60 % qu’il possède. À l’issue de la transaction, d’un montant de 1,9 milliard de dollars (1,6 milliard d’euros), il contrôlera indirectement environ 90 % d’EMI Music Publishing, selon un communiqué.

« Je suis ravi que EMI Music Publishing rejoigne notre famille. Le marché de la musique a connu diverses fortunes, mais il se relève ces dernières années grâce aux offres de streaming (musique en flux via internet). Pour profiter au mieux des droits de propriété intellectuelle sur les musiques, il faut la quantité et la qualité. Le rachat d’EMI est en ce sens un investissement qui renforce la position de Sony comme meneur de l’industrie musicale. »
(Kenichiro Yoshida, président-directeur général de Sony Corporation)

EMI Music Publishing est la deuxième compagnie d’édition musicale au monde avec un chiffre d’affaires de 663 millions de dollars. Cette firme bien connue des mélomanes gère notamment les pointures que sont Queen, Kanye West, Pink, Pharrell Williams, et de grands noms du jazz ou d’autres genres.

Cette opération représente « un jalon important pour notre croissance de long terme », a souligné Kenichiro Yoshida. Elle vient enrichir le très riche catalogue musical de la société d’édition Sony/ATV et de la maison de disque Sony Music Entertainment, qui comprend 2,3 millions de titres, dont les Beatles. En 2016, Sony avait renforcé sa position dans Sony/ATV en rachetant pour 750 millions de dollars les parts détenues par Michael Jackson via ses héritiers.

.



Photographie de Une – Kenichiro Yoshida, président-directeur général de Sony Corporation
(crédits : Shizuo Kambayashi / Associated Press)