Lancé par le centre de développement chorégraphique national L’Atelier de Paris, le site StudioD’ propose aux compagnies de danse de trouver gratuitement des lieux de répétitions dans toute la France.

Trouver une salle disponible pour répéter n’est pas toujours évident pour les compagnies de danse. La pandémie du coronavirus a encore davantage chamboulé la donne. « À cause des conditions sanitaires, les réouvertures se font sur des créneaux plus restreints que d’habitude et certains lieux n’ont pas rouvert alors qu’ils sont très sollicités par les compagnies qui veulent reprendre leurs répétitions », observe Anne Sauvage, directrice du CDCN Atelier de Paris.

Ce problème, la directrice et son équipe l’avaient anticipé dès le début du confinement. « Comme beaucoup de directeurs, nous avons tous été très inquiets quant aux possibilités pour répéter, une fois que les choses auraient repris : il allait forcément y avoir un engorgement. »

Avec l’aide d’un développeur, ils décident de créer un outil qui permette aux danseurs d’identifier les salles qualifiées pour la danse, c’est-à-dire avec plancher, et leurs créneaux de disponibilités. La plate-forme, qui prend la forme d’un site internet, se veut solidaire : l’accès à l’outil de recherche et à la réservation est gratuit, de même que les salles mises à disposition.

Une trentaine de lieux

L’idée s’inspire d’une initiative qui existe depuis dix ans au sein du XIIe arrondissement. Les compagnies chorégraphiques en résidence à l’Atelier de Paris ont déjà accès aux salles du centre d’animation Paris Anim’ Pina-Bausch-Montgallet et du conservatoire Paul-Dukas, qui leur font connaître leurs créneaux disponibles. « Nous voulions démultiplier cette expérience avant la pandémie et utiliser un outil numérique pour le faire. Le confinement lié au Covid-19 a accéléré la réalisation de cet outil. »

Depuis le lancement de la plate-forme le 9 juin, une trentaine d’endroits ont été référencés au sein du réseau. Il s’agit de salles de danse mais aussi de lieux artistiques et culturels, de conservatoires ou encore de centres d’animations. « Les compagnies peuvent trouver des studios mais aussi des théâtres qui mettent à disposition leur plateau avec du personnel et du matériel technique, ce qui est assez difficile à obtenir même en temps normal », souligne Anne Sauvage.

Les salles présentes sur le site ne se limitent pas à la région parisienne. « Du fait du Covid-19, la problématique est généralisée à l’ensemble du territoire, précise la chorégraphe. Des studios ont été enregistrés à Rennes, Angers, Nantes, Bordeaux, Grenoble, Toulouse… » StudioD’ reste ouvert à tout autre lieu qui souhaiterait participer à la démarche, même après le lancement.

Découverte

La plate-forme a été lancée avec l’aide de différents partenaires : la DRAC Île-de-France, la Direction générale de la création artistique du ministère de la Culture, la ville de Paris, l’association des centres de développement chorégraphique nationaux et l’association des centres chorégraphiques nationaux. « Pour l’instant, nous avons le soutien de ces structures pour une année, explique Anne Sauvage. Mais la plate-forme a vocation à devenir pérenne. » Car pour la chorégraphe, l’outil répond à un besoin qui dépasse la pandémie.

Par ailleurs, l’idée consiste également à cartographier et à répertorier tous les lieux disponibles pour le secteur de la danse, et générer ainsi des rencontres. « En prenant connaissance de l’existence d’une compagnie, une salle peut décider de créer un partenariat, l’enjeu étant aussi de produire des découvertes dans les deux sens. » Un bilan de l’utilisation de la plate-forme devrait être réalisé à la rentrée.

Chloé GOUDENHOOFT

En savoir plus : StudioD’