Select Page

The British are not coming anymore : RIP Colin Welland (1934-2015)

The British are not coming anymore : RIP Colin Welland (1934-2015)
Advertisement

L’acteur et scénariste anglais Colin Welland est mort dans la nuit du 2 au 3 novembre, à l’âge de 81 ans, après des années de souffrance causée par la maladie d’Alzheimer.  Il était célèbre pour avoir écrit le scénario des Charriots de feu, pour lequel il reçut un Oscar.

Né en 1934 à Liverpool, il commença sa carrière d’acteur avec la série fleuve Z-Cars, avant d’interpréter un sympathique professeur du Yorkshire dans Kes de Ken Loach (1969), pole pour lequel il gagna un BAFTA Award, puis un détective dans le film de gangster Villain de Michael Tuchner (1971), avec Richard Burton. Ce dernier film, qui n’eut aucun succès lors de sa sortie, a été placé en 2e position des « 20 meilleurs films de gangsters que vous n’avez probablement jamais vu » par le célèbre Empire Magazine.

Il se tourne progressivement vers l’écriture de scénario. À la fin des années 70, il écrit celui de Yanks, réalisé par John Schlesinger, avec Vanessa Redgrave et Richard Gere.

The British are coming!

Le succès arrive en 1981 avec Les Chariots de feu, de Hugh Hudson, pour lequel il gagne l’Oscar du Meilleur Scénario. Dans le film, Colin Welland s’amuse à mettre son nom – « C.M. Welland » – à l’extérieur de l’Église d’Écosse à Paris, comme le prédicateur attendu au culte de 9h. C’est lors du discours de réception qu’il poussa son cri retentissant : « The British are coming! » Cette phrase fut interprétée par certains comme un appel belliqueux et patriotique, quand Colin Welland ne faisait que reprendre une formule de l’orfèvre Paul Revere, dans le cadre de ses recherches sur une petite ville de l’État de Washington, pour une adaptation télévisée de sa pièce Play for Today: Kisses at Fifty.

En 1985, il écrit le scénario de Twice in a Lifetime, traduit – on ne sait trop pourquoi – Soleil d’automne en français. Ce film de Bud Yorkin rassemble Gene Hackman, Ellen Burtyn et Ann-Margret, sur une musique de Paul McCartney ; il reçut deux nominations au Golden Globe Awards (Gene Hackman et Amy Madigan).

La lutte contre la maladie

Il fut enfin le scénariste de Une saison blanche et sèche réalisé par la Française Euzhan Palcy (1989), avec Donald Sutherland, Susan Sarandon et Marlon Brando, puis de La guerre des boutons, ça recommence , film franco-britannique de John Roberts (1994).

Il se retire progressivement des plateaux en raison de la maladie d’Alzheimer. Colin Welland était marié et père de quatre filles ; sa famille a déclaré dans un communiqué officiel : « Colin manquera profondément à sa famille et à ses amis. Alzheimer est une maladie cruelle et il y a eu des moments difficiles. Mais à la fin, il est mort paisiblement dans son sommeil. »

Advertisement

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Restez informé !

Rencontre avec Anne-Christine Micheu autour des droits culturels

R.O.C & Folk

dessin coupe du monde footballdessin_roc_johnny_heritage