Select Page

« Otages à Entebbe » : les voies d’exploration d’une histoire connue

« Otages à Entebbe » : les voies d’exploration d’une histoire connue
Advertisement

1976. Quatre terroristes (deux Allemands des « Revolutionären Zellen » et deux Palestiniens du FPLP) prennent en otages les passagers d’un vol Air France Tel Aviv – Paris à l’escale d’Athènes. Ils le détournent vers Benghazi en Libye puis vers Entebbe en Ouganda. Ils exigent la libération de 53 prisonniers politiques palestiniens.

La prise d’otages dure sept jours. Elle divise le gouvernement israélien, le Premier ministre Yitzhak Rabin étant partisan de négocier tandis que le ministre de la défense Shimon Peres prône le recours à la force pour libérer les otages.

Voies explorées

José Padilha, Otages à Entebbe (affiche)C’est cette seconde option qui l’emporte. Une opération aéroportée audacieuse est montée. Un commando de forces spéciales est déployé, qui neutralise les forces ougandaises, tue les terroristes et libère les 102 otages. Le commando israélien n’enregistre qu’une seule perte : celle de son chef, le colonel Yonatan Netanyahou, le frère aîné du futur (et actuel) Premier ministre.

L’histoire est connue. Elle a déjà été souvent filmée – avec Burt Lancaster, avec Charles Bronson, avec Klaus Kinski. Le scénario ne peut pas espérer surprendre le spectateur qui en connaît déjà l’issue. Pour réussir, il doit explorer d’autres voies. Il ne s’agit plus de se demander si les otages vont être libérés mais comment et pourquoi ils vont l’être.

Le réalisateur de Narcos, le Brésilien José Padilha, connaît la musique. Il a rassemblé à Malte une troupe cosmopolite : les stars allemandes Rosamund Pike (Gone Girl, Jack Reacher) et Daniel Brühl (Good Bye Lenin!, Rush), le Britannique Eddie Marsan (outrageusement grimé pour jouer le rôle de Shimon Peres), le Français Denis Menochet (Jusqu’à la garde, Marie Madeleine), l’Israélien Lior Ashkenazi… Le résultat aurait pu ressembler à un mauvais assemblage ; mais la mayonnaise prend.

Multiplication des points de vue

Otages à Entebbe multiplie les points de vue : ceux des otages qui tremblent que leur judéité ne signe leur arrêt de mort ; ceux des deux terroristes allemands, enivrés par leur lutte contre l’impérialisme et le sionisme, qui découvrent progressivement, en retenant prisonniers des Israéliens, qu’ils sont en train de reproduire les crimes de leurs pères ; ceux des ministres du cabinet Sharon, qui hésitent entre la négociation et le recours à la force.

Otages à Entebbe ne révolutionnera pas l’histoire du cinéma. Il n’a pas le rythme haletant de la série espagnole La Casa de Papel, la tension anxiogène de Buried ou le machiavélisme de Inside Man. Mais il se laisse regarder sans déplaisir.

Tony PARODI

 



José Padilha, Otages à Entebbe, Grande-Bretagne, 2018, 107mn

  • Sortie : 2 mai 2018
  • Titre original : Entebbe
  • Genre : thriller
  • Classification : tous publics
  • Avec Rosamund Pike, Daniel Brühl, Eddie Marsan, Lior Ashkenazi, Ben Schnetzer, Denis Menochet, Mark Ivanir.
  • Image : Lula Carvalho
  • Scénario : Gregory Burke
  • Distribution : UGC Distribution

En savoir plus sur le film avec CCSF : Otages à Entebbe

José Padilha, Otages à Entebbe, avec Angel Bonanni (Yonatan Netanyahu), Ben Schnetzer



Découvrir toutes nos critiques de films



Advertisement

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Restez informé !

R.O.C & Folk

dessin coupe du monde football dessin_roc_johnny_heritage