Sélectionner une page

Découverte d’un scénario perdu d’Ingmar Bergman : audacieux, complexe et radical

Découverte d’un scénario perdu d’Ingmar Bergman : audacieux, complexe et radical
Publicité

Après en avoir fait une pièce radiophonique, la Suédoise Suzanne Osten s’apprête à adapter pour le grand écran un scénario du cinéaste Ingmar Bergman récemment retrouvé : l’histoire d’une enseignante dans une école pour sourds-muets qui, enceinte, commence un combat féministe. L’œuvre, intitulée Sixty-four Minutes with Rebecka, a été découverte dans les archives Bergman, propriété de la Fondation Ingmar Bergman, située sur l’île de Fårö, où il avait sa maison.

Le scénario manuscrit porte la mention « Fårö, le 7 août 1969″ ; le cinéaste a alors 51 ans. « C’est une pièce rare, d’abord parce qu’il s’agit d’un manuscrit fini, d’extrêmement bonne qualité, au niveau des plus belles oeuvres de Bergman, raconte le directeur de la Fondation, Jan Holmberg, mais aussi parce qu’en plus des thèmes traditionnels du cinéma de Bergman (comme les problèmes de communication), il est porteur d’un esprit de rebellion politique, aborde le sujet de la libération des femmes et contient même des scènes de sexe violentes. »

Bergman se pose en féministe !

Le scénario raconte l’histoire d’une magnifique jeune femme, Rebecka, qui enseigne dans une école pour enfants sourds-muets. Enceinte, elle est fatiguée de son existence et revendique la libération sexuelle et sociale. Parmi les scènes prévues, certaines sont surprenantes de transgression et de violence, notamment lors d’une visite dans un sexe-club. L’histoire n’est pas sans faire penser à au film À la recherche de Mister Goodbar de Richard Brooks, tourné en 1977 avec Diane Keaton dans le rôle d’une enseignante pour sourds-muets, qui s’aventure chaque nuit dans les quartiers chauds en quête d’expériences sexuelles débridées et sans lendemain avec toutes sortes de marginaux.

Lire un extrait du scénario (en anglais)

katharine-ross

Katharine Ross

Sixty-four Minutes with Rebecka devait initialement donner lieu à un partenariat entre Ingmar Bergman, Akira Kurosawa et Federico Fellini, deux réalisateurs que le cinéaste suédois affectionnait particulièrement, La Strada et Rashomon figurant dans la liste de ses 11 films préférés. Le projet en trois volets cinématographiques a toutefois capoté et le scénario a rejoint, dans les cartons, divers projets inachevés. Ingmar Bergman avait même déjà pensé à l’actrice principale, pour incarner Rebecka : Katharine Ross, qui venait d’acquérir la célébrité grâce à son rôle de la jeune Elaine Robinson dans Le Lauréat, avec Dustin Hoffman et Anne Bancroft.

Suzanne Osten a déjà enregistré une version radiophonique du scénario, qui sera diffusée le 6 novembre sur l’antenne publique SR P1 Drama. C’est elle qui se chargera également d’en faire un film : « C’est le seul scénario où Bergman se pose vraiment en féministe. Il a toujours dépeint dans ses films des femmes de caractère, mais là, il va encore plus loin », explique Osten, qui n’est autrement pas une fervente du cinéaste ou de son travail. « C’est qu’on a ici affaire, ajoute-t-elle, à une histoire incroyablement audacieuse, complexe et radicale ». La sortie est prévue pour 2018.

Un documentaire dans l’intimité de Bergman

De son côté, Margarethe von Trotta prépare avec son fils Felix Moeller, à l’occasion du centenaire de sa naissance, un portrait intime de Bergman. Ce dernier est en effet à l’origine de la vocation de la réalisatrice allemande, notamment lorsque la jeune femme, alors étudiante en littérature, découvrit Le Septième Sceau (1957). Ils se rencontrèrent lors de l’exil d’Ingmar Bergman en Allemagne, entre 1976 et 1985 ; le cinéaste suédois lui rendit même hommage en citant Marianne et Juliane (1981) de Margarethe Von Trotta parmi ses films préférés. Le film documentaire devrait contenir des interviews de réalisateurs et acteurs de renom international, ainsi que des fidèles collaborateurs suédois de Bergman.

Vanessa LUDIER

Publicité

Laisser un commentaire

A l’affiche

Soutenez le Mag’

100% indépendant, gratuit et sans abonnement ! Soutenez votre journal !

Restez informé !

Facebook