La cérémonie de clôture du 65e édition du festival de San Sebastian n’est pas allée sans son lot de surprises. La plus grande a sans nul doute été la victoire de The Disaster Artist, de et avec la star James Franco, qui a gagné le Coquillage d’or. Dès sa première projection, le film a été loué par le public et la presse, mais si la plupart ne s’attendaient pas à ce qu’il gagne, c’est que malgré la Palme de The Square à Cannes en mai, il est rare qu’une comédie (si noire soit-elle) l’emporte dans un grand festival, les films dramatiques ayant généralement plus de succès.

L’étonnement tient aussi au fait qu’un film épaulé par Hollywood (il est distribué Warner Bros) n’a généralement pas besoin de prendre de l’élan dans un festival espagnol. Quoiqu’il en soit, le verdict du juré doit être respecté, et on peut se réjouir que le film ait tout pour plaire au public.

Le reste des prix sont allés majoritairement vers l’Amérique du Sud, la nouvelle Mecque du talent cinématographie mondial : le film argentin Una especie de familia (coproduit avec le Brésil, la France, la Pologne, l’Allemagne et le Danemark) a été récompensé pour son scénario, le titre chilien Los perros (coproduit avec l’Argentine, la France, le Portugal et l’Allemagne) a triomphé dans la section Horizons latinos, et un autre long-métrage argentin, Alanis, a gagné les Coquillages d’argent de la meilleure actrice et de la mise en scène.

Le film franco-germano-polonais The Captain a gagné le prix de la meilleure photographie ; le formidable acteur roumain Bogdan Dumitrache l’a emporté pour sa performance dans Pororoca ; le film en basque Handia a obtenu le Prix spécial du jury présidé par John Malkovich.

La presse a regretté l’absence du palmarès de titres comme les productions espagnoles El autor et La vida y nada más, et surtout Le Lion est mort ce soir, une coproduction entre le Japon et la France interprétée par l’infatigable Jean-Pierre Léaud.

Voir le palmarès complet sur le site de notre partenaire Cineuropa.



Photographie de Une – James Franco, avec son Coquillage d’or pour The Disaster Artist (© Festival de San Sebastián)