Arabofolies, le festival musical, des arts et des idées de l’Institut du monde arabe (IMA), revient pour une quatrième édition sur le thème : « Engagements ! » Concerts, débats, projections cinématographiques ou encore rencontres littéraires auront ainsi lieu à l’IMA du 28 février au 8 mars 2020.

Camelia Jordana, Raja Meziane, Nayssatou, Hakim Hamadouche, Seb El Zin, Arabic Sound System sont quelques-uns des artistes qui ont d’ores et déjà répondu présent pour cette nouvelle édition « dédiée à celles et ceux qui s’engagent en mots, en images, en musiques, au péril de leur vie parfois, et placent la beauté et la liberté au centre de leur art », selon le communiqué de presse de l’événement.

Les Arabofolies souhaitent, comme das leurs précédentes éditions, faire la part belle aux femmes engagées, artistes qui se battent pour exprimer une parole libre, telle Raja Mezaine, aujourd’hui exilée à Prague, dont la chanson “Allô le Système” a connu un grand succès lors des grandes manifestations en Algérie.

« Face au monde qui tangue dangereusement entre conflits, menaces écologiques, replis identitaires, surexploitations des êtres et des ressources, face aux tendances autoritaires de dirigeants qui veulent imposer une vision simplificatrice et appauvrie du monde et de ses symptômes, en témoignant des combats d’hier et en ouvrant scène, écran, forum et débats aux revendications d’aujourd’hui, Arabofolies s’engage et met en lumière les questions que les mécanismes politiques et économique peinent à faire entrer dans leurs agendas. La force des femmes, la puissance poétique, la liberté des imaginaires ou la richesse des identités comme pistes à suivre pour bâtir un monde plus lumineux. »

En amont de la Journée internationale des droits des femmes, un Forum des citoyennes aura lieu le vendredi 6 mars dans l’après-midi. “Féminisme et révolution”, “Créer en communauté et en sororité” et “Lutter contre les violences faites aux femmes” : ces trois tables rondes réuniront neuf femmes du monde arabe :
– Nazeeha Saeed, journaliste (Bahreïn)
– Mayada Adil, créatrice de mode Soudan)
– Sonia Gassemi, chroniqueuse radio, militante féministe et comédienne (Algérie)
– Zainab Alradhi, fondatrice de « Niswa.org » (Arabie saoudite)
– Farah Barqawi, auteure, co-fondatrice de WikiGender en arabe et de « The uprising of women in the Arab world » (Palestine)
– Sara bin Safwan, fondatrice de « Banat collective » (Emirats arabes unis)
– Nidal Azhary, Fondatrice de l’Union féministe libre (Maroc)
– Nagham Nawzat Hasan, gynécologue (Irak)
– Dioully Oumar Diallo, Fondatrice de Rim Self-Defense et TaxiSecure (Mauritanie)

En savoir plus : site de l’Institut du monde arabe.

.