Select Page

Art et entreprise : ensemble pour construire les territoires

Art et entreprise : ensemble pour construire les territoires
Advertisement

Comment la rencontre entre artistes et entreprises peut-elle enrichir un territoire ? Question concrète, que le Off d’Avignon a choisi de poser aux autochtones du Vaucluse. Par leurs retours d’expériences et par leurs questionnements, les acteurs économiques et artistiques invités ont témoigné des potentialités du mécénat privé, pour bâtir la cité vauclusienne. En filigrane du débat se profile, comme toujours, la question de la volonté politique…

Si l’importance de partenaires privés pour soutenir et porter leur créativité semble aller de soi du côté des artistes, il reste encore à creuser l’intérêt de ce mécénat privé pour l’entreprise et le collectif. Tel était l’enjeu du débat organisé avec différents intervenants du Vaucluse, au Village du Off.

Soutenir l’art : une éthique pour l’entreprise

« Innovation », « création », « prise de risque »… Autant de termes qui dessinent, dès les premières minutes, les éventuelles passerelles entre le monde artistique et celui de l’entreprise.

Bénédicte Dhenin, directrice générale de BNP Paribas pour le Vaucluse, rappelle que c’est l’éthique même de l’entreprise qui est en jeu dans le soutien qu’elle peut apporter à l’art : « Notre responsabilité dépasse le seul aspect économique ; elle est aussi sociale. En ce sens, nous nous devons de faire connaître la richesse de notre patrimoine, de soutenir la culture et l’éducation ». C’est sur ces critères que sont sélectionnés les divers projets soutenus par la Fondation de la banque : production de spectacles vivants, financement de projets de restauration dans le département, de voyages culturels pour des scolaires… « Nous voulons promouvoir l’éveil de la sensibilité et montrer que la culture est accessible pour tous, que c’est le droit de tous ».

Parce que l’art a également vocation à rassembler, Bénédicte Dhenin évoque par ailleurs sa volonté de susciter des rencontres culturelles avec les clients : « Les soirées avec les partenaires sont des moments d’émotion, ajoute Bénédicte Dhenin, qui permettent de créer un autre type de relation que l’échange marchand, ainsi qu’un sentiment d’appartenance ».

Des initiatives polymorphes pour porter la production artistique

Le soutien aux artistes, dans le Vaucluse, est polymorphe et très créatif. Corinne Guion a par exemple fondé la Maison de Fogasses, il y a 7 ans, en Avignon ; Frédéric Dol a quant à lui ouvert la Maison sur la Sorgue. Ces deux établissements hybrides se veulent des lieux de rencontre entre artistes, touristes et autochtones. Ces espaces privilégiés sont des caisses de résonance pour la production artistique, en France comme à l’international.

La Maison de Fogasses

La Maison de Fogasses

Magali Robert-Zebrowski a quant à elle créé I+media, une agence de promotion du mécénat qui met en lien artistes et entreprises locales, à travers des événements culturels tels que la Biennale d’Arts Contemporains de Laudun : « C’est avant tout une agence qui est au service des artistes, nous explique-t-elle. Notre vocation est d’accompagner les projets culturels, tant du côté des artistes eux-mêmes que du côté des entreprises et des collectivités qui veulent faire émerger, dans leur stratégie, ce supplément d’âme ou ce supplément d’art ». Le témoignage de Marion Robert, entrepreneuse dans le bâtiment, porte la voix d’un de ces partenariats : « Nous avons voulu soutenir le territoire dans sa dynamique et avons parrainé une jeune artiste sur un projet monumental ». Carine Debouzie fait part, elle aussi, de son expérience comme artiste : elle a travaillé à partir de « matériaux utilitaires produits par les entreprises mécènes, pour les porter vers le poétique. Mes œuvres ont beaucoup interpellé les collaborateurs ».

Les idées ne manquent pas ! L’important cabinet d’expertise comptable et d’audit local, Axiome Associés, tente de mobiliser, chez ses PME clientes, des mécénats coopératifs autour de projets communs, notamment au sein du fameux théâtre du Chêne Noir à Avignon.

Enfin, même l’immobilier s’en mêle ! Laurence Belvisi, consultante dans l’immobilier de luxe et fondatrice du magazine Passion Provence, travaille sur des projets de réhabilitation d’édifices ruraux, pour en faire des fenêtres d’accès à l’histoire culturelle du terroir provençal.

Enjeux pour le territoire

Ces différentes initiatives suscitent des relations de collaborations, au sein du territoire, qui ne sont pas uniquement marchandes ; elles ouvrent à des rencontres qui favorisent la « construction de la cité ». La dimension politique du mécénat, sous toutes ses formes, est ainsi inscrite au cœur de cette table ronde et de tout débat culturel, en tant que le soutien privé veut promouvoir la construction du sens et du lien social.

Il s’agit aussi de cultiver un marketing territorial, en rayonnant par-delà les limites du Vaucluse et de la nouvelle région : la dynamique culturelle et la valorisation du patrimoine sont autant de moyens d’attirer touristes et investisseurs.

Pauline ANGOT

Advertisement

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Restez informé !

Rencontre avec Anne-Christine Micheu autour des droits culturels

Nous soutenons …

affiche barcelone en scene à paris theatreaffiche Quand on sait