Les quelque 260 000 auteurs et artistes seraient-ils, parmi les actifs, les grands perdants de la réforme des cotisations sociales ? Le projet de loi de finances de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2018 prévoit de compenser la hausse de la contribution sociale généralisée (CSG) par une diminution des cotisations d’assurance maladie et chômage.

[Écho de la presse]

Mais ceux – écrivains, compositeurs, scénaristes, traducteurs, plasticiens, photographes, sculpteurs, peintres, dessinateurs, etc. – dont les revenus sont essentiellement ou totalement issus des droits d’auteurs et des ventes d’œuvres, ne bénéficieront pas de cette contrepartie et verront, de fait, leurs rémunérations diminuées.

« Nous sommes tous sur la brèche pour dénoncer ce traitement inéquitable », témoigne Véronique Perlès, directrice en charge des affaires sociales à la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD). Une trentaine d’associations, de syndicats et d’unions professionnelles doivent adresser cette semaine aux ministères de la culture et de l’économie, ainsi qu’au Premier ministre et au président de la République une lettre pour s’inquiéter de cette « discrimination » et réclamer une « concertation ».

Lire l’article complet de Sandrine Blanchard sur le site Le Monde.