Select Page

Centre national de la musique : la filière veut y croire mais reste vigilante (2/2)

Centre national de la musique : la filière veut y croire mais reste vigilante (2/2)
Advertisement

La création d’un Centre national de la musique (CNM) se précise, ainsi que nous l’avons vu dans la première partie de notre enquête. Si les entreprises du secteur voient d’un bon œil les propositions avancées, chacune demeure attentive aux suites qui devraient être données. Les acteurs du privé veulent s’assurer de l’efficacité du mécanisme alors que ceux qui relèvent du secteur public s’inquiètent d’une « agenciarisation » possible de la politique culturelle de la musique.

Second volet de notre enquête en deux parties.

Le tant attendu Centre national de la musique (CNM) devrait ouvrir ses portes le 1er janvier 2020. Le détail de son organisation sera décidé par un comité de pilotage qui reste encore à définir. Mais les grandes lignes de ses missions ont été lancées dans le rapport remis par les députés Émilie Cariou et Pascal Bois au Premier ministre. Cette institution sera-t-elle à la hauteur des attentes du secteur ?

Soutien unanime et point de vigilance

En fonction des intérêts, les avis divergent entre entreprises du privé et celles du secteur public. Dans un communiqué paru fin janvier, l’Alliance des entreprises de la musique a fait savoir qu’elle apportait un soutien unanime au projet. La nouvelle est plutôt encourageante puisque le groupement rassemble des syndicats de taille comme le Prodiss, le CSDEM, le Snep et l’UPFI.

Leur seul point de vigilance concerne les performances de ce CNM. « L’établissement aura vocation à exercer un effet de levier artistique et économique significatif. Il faudra des moyens à la hauteur des ambitions et des perspectives de développement de la filière, en France et à l’international, ainsi que des règles de fonctionnement garantes de l’efficacité économique du dispositif. » Pour ce faire, le rapport préconise un financement de l’ordre de 20 millions d’euros.

Mais alors que les acteurs de la filière espéraient que cette somme soit issue de ressources nouvelles, il n’en sera pas tout à fait ainsi. « L’argent du CNV (Centre national de la variété) sera absorbé par le CNM, explique Antoine Bos, secrétaire général de l’AJC (Association jazzé croisé). Pour moi, ce n’est pas de l’argent nouveau. De même, le centre sera financé par le crédit d’impôt, mais c’était déjà là ! On peut donc se poser la question des ambitions de ce CNM. »

Garde-fous

Autre sujet de préoccupation, le CNM devrait prendre en charge des actions d’éducation artistique et culturelle (EAC). Pour les députés auteurs du rapport, ces actions ne viendraient qu’en complément de ce qui existe déjà et n’entreraient pas en concurrence avec ce que font les Drac (directions régionales des affaires culturelles). « Le CNM devait être un outil d’accompagnement économique, rappelle néanmoins Antoine Bos. Or, l’EAC vise l’intérêt général : c’est une prérogative de l’État et il n’y a pas d’objectif de rentabilité. Si le CNM s’en charge, alors c’est une mission dont l’État ne s’occupera plus. »

Ce que redoute finalement Antoine Bos, c’est une « agenciarisation de la politique publique » en matière de musique. « Il faut que les choses soient dites clairement, car cela voudrait dire une refonte globale de cette politique. Nous sommes plusieurs à nous demander la forme que prendra ce centre dans quinze à vingt ans. S’il s’agit d’un outil économique avec des compétences artistiques et une réflexion territoriale, nous sommes en droit de demander des garde-fous. »

En effet, le rapport va plus loin puisqu’il préconise la création d’un établissement public industriel et commercial (Epic), en vue d’en faire « le bras armé de la politique publique de l’État en matière de musique ». Le CNM pourrait ainsi devenir plus qu’un simple outil économique.

Quadrature du cercle

Même son de cloche chez Aurélie Foucher, déléguée générale de PROFEDIM (Syndicat professionnel des producteurs, festivals, ensembles, diffuseurs indépendants de musique). « En 2012, nous avions une position de complet refus vis-à-vis de la création d’un CNM, explique-t-elle. Nous voulions un maintien de la politique publique en faveur de la musique. Mais sur la base de cette nouvelle séquence de discussions, notre position est plus souple. Nous ne sommes pas opposés mais sous certaines conditions. Si c’est un outil complémentaire de l’accompagnement qui existe déjà, pourquoi pas. Mais il doit aussi intégrer des actions de régulation du secteur. Au vu des phénomènes de concentrations, c’est ce que nous demandons. »

Pour Aurélie Foucher, si de l’argent public est investi, la répartition actuelle doit être revue. Cela concerne notamment les droits de tirages du CNV*, qui permettent de redistribuer aux acteurs du secteur en fonction de ce qu’ils cotisent.

Au contraire, Philippe Chapelon, délégué général du SNES (Syndicat national des entrepreneurs de spectacles), considère que les équilibres actuels du CNV, concernant notamment les droits de tirage comme d’autres aides, doivent être sanctuarisés. « Les entreprises privées qui contribuent à la taxe fiscale doivent toujours bénéficier du même soutien que sous le CNV. Cela a d’ailleurs été confirmé par le dernier rapport. »

Selon le PRODISS (Syndicat national du spectacle musical et de variété), le subventionné n’a pas vocation à être inclus dans le champ du CNM [le syndicat n’a pas souhaité répondre à nos questions, ndlr].

Mais alors, comment un CNM qui se voudrait le « bras armé de la politique de l’État » pourrait-il exclure les entreprises du secteur public de son action ? C’est au comité de pilotage qu’il reviendra de solutionner la quadrature du cercle.

Chloé GOUDENHOOFT

* Le droit de tirage est destiné à soutenir l’activité de production de spectacles de variétés et de musiques actuelles, sans constituer pour autant une recette de production. Cette aide permet à une structure d’obtenir le reversement de tout ou partie des sommes inscrites sur son compte entrepreneur sur justification de la continuation de son activité de production. (source : CNV) 



LIRE AUSSI
Centre national de la musique : vers un organe d’observation et de soutien du secteur (1/2)



 

Advertisement

Laisser un commentaire

Soutenez le Mag’

100% indépendant, gratuit et sans abonnement ! Soutenez votre journal !

Restez informé !

Partenariat

affiche Quand on saitMarché poésie