Select Page

« Cold War » : l’âpre beauté des chants polyphoniques slaves

« Cold War » : l’âpre beauté des chants polyphoniques slaves
Advertisement

Dans la Pologne communiste de l’immédiat après-guerre, Wiktor (Tomasz Kot) est chargé de colliger les trésors de la musique populaire et de rassembler une troupe folklorique. Il fait à cette occasion la rencontre de Zula (Joanna Kulig), une jeune femme récemment sortie de prison après avoir tenté de tuer son père.

Entre le chef d’orchestre et la jeune femme, la passion éclate. Le couple vivra pendant une quinzaine d’années, de part et d’autre du Rideau de fer, une relation contrariée par les aléas de l’Histoire.

Après un premier film remarquable et pourtant passé inaperçu, My Summer of Love, Paweł Pawlikowski a connu la gloire grâce à Ida. Le film, qui racontait l’histoire d’une jeune novice en proie au doute à la veille de prononcer ses vœux dans la Pologne communiste des années cinquante, a obtenu l’Oscar du meilleur film étranger, un BAFTA, un Goya. Il a fallu patienter près de cinq ans pour voir son film suivant – en attendant l’an prochain son adaptation du Limonov d’Emmanuel Carrère.

Pour écrire Cold War, Paweł Pawlikowski, né en 1957 à Varsovie, exilé en Occident à l’adolescence, en Allemagne, en Italie puis en Angleterre où il s’installe définitivement et effectue le début de sa carrière jusqu’à son retour en Pologne en 2013, s’est librement inspiré de l’histoire de ses parents. Ils étaient, dit le réalisateur, follement amoureux l’un de l’autre et incapables de vivre ensemble. Leur histoire d’amour fut mise à mal par l’exil, la séparation forcée, les retrouvailles retardées. Tel est le sujet de Cold War, un film au titre bien mal choisi ; car si la Guerre froide constitue en effet l’arrière-plan de cette histoire, c’est la relation entre Wiktor et Zula, qui n’a rien de belliqueuse, ni de froide, qui en constitue le centre.

Cold War ressemble à Ida. Même noir et blanc poétique. Même format carré de l’image. Même paysages enneigés et glaciaux. Même Pologne étouffant sous la chape de plomb du communisme. Même élégance de la mise en scène – qui méritait largement le prix reçu pour ce motif à Cannes en mai.

Mais à la différence de Ida qui m’avait bouleversé, Cold War ne m’a pas ému. À force de garder l’émotion à distance, le film de Paweł Pawlikowski m’a laissé sur le bord du chemin. La perfection de chaque plan, les traits parfaits de Joanna Kulig, l’âpre beauté des chants polyphoniques slaves m’ont sidéré plus qu’ils ne m’ont touché.

Tony PARODI

 



Paweł Pawlikowski, Cold War, France – Pologne, 2018, 87mn

  • Sortie : 24 octobre 2018
  • Genre : drame
  • Classification : tous publics
  • Avec : Tomasz Kot, Joanna Kulig, Jeanne Balibar, Agata Kulesza, Cédric Kahn, Borys Szyc, Adam Woronowicz
  • Scénario : Janusz Głowacki, Pawel Pawlikowski
  • Image : Łukasz Żal
  • Décors : Katarzyna Sobańska, Marcel Sławiński
  • Montage : Jarosław Kamiński P.S.M
  • Son : Maciej Pawłowski, Mirosław Makowski
  • Casting : Magdalena Szwarcbart
  • Costumes : Aleksandra Staszko
  • Maquillage et coiffure : Waldemar Pokromski
  • Direction de production : Magdalena Malisz
  • Co-producteurs : Piotr Dzięcioł, Małgorzata Bela
  • Distribution : Diaphana Distribution

En savoir plus sur le film avec CCSF : Cold War

Paweł Pawlikowski, Cold War, avec Tomasz Kot



Découvrir toutes nos critiques de films



Advertisement

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Restez informé !

Rencontre avec Anne-Christine Micheu autour des droits culturels

R.O.C & Folk

dessin coupe du monde footballdessin_roc_johnny_heritage