fbpx

Sélectionner une page

Comment fonctionne l’industrie du court-métrage ?

Comment fonctionne l’industrie du court-métrage ?
Publicité

Le CNC vient de publier son rapport concernant le marché du court-métrage, fondé sur l’état des lieux de l’année 2017. De l’autopsie de la durée des films aux aspects de leur diffusion, en passant par l’obtention des aides, le chemin pour arriver à la visibilité d’un court-métrage, et à sa rentabilité, comporte quelques règles.

Le rapport du CNC analyse de manière scrupuleuse l’évolution de l’état du court-métrage pour en connaître le niveau de visibilité en salles, les mouvements financiers d’exportation, l’investissement des chaînes, et donc savoir comment son investissement peut être rentable. Mais l’équipe n’oublie pas pour autant d’étudier la sociologie du secteur.

De notre côté, nous nous intéressons non seulement à l’utilité du court-métrage pour un réalisateur quelque peu ambitieux qui souhaiterait passer au long, mais également à la manière dont il est possible d’obtenir des subventions pour financer un projet, étant donné qu’il est le premier maillon d’un long parcours.

Le sésame de la subvention

Le meilleur moyen (le seul) d’obtenir le visa d’exploitation pour un court-métrage reste encore d’obtenir une subvention de la part du CNC, à savoir être candidat à l’aide après réalisation (74 %) ou obtenir l’aide sélective du CNC en amont de la production (26 %). En tout, 294 courts-métrages y parviennent, soit 55 % des courts-métrages français. Mais comment obtenir ces fameuses subventions, étant donnée l’importance du visa d’exploitation ?

Concernant la candidature à l’aide après réalisation, il faut avoir été produit par une société de production, une association ou une personne physique. Une autre condition est d’avoir été sélectionné par un festival, l’Académie des César, l’Agence du court-métrage, être lauréat du prix Jean-Vigo ou avoir été diffusé à la télévision.

La demande d’aide sélective du CNC avant réalisation doit, quant à elle, être faite par le réalisateur (avec ou sans producteur) ou le producteur lui-même. Ensuite, sur 190 projets étudiés, seuls 5 sont retenus parmi les huit commissions annuelles.

Un court-métrage est-il rentable ?

Le court-métrage se distingue par sa durée assez courte, qui est en moyenne de vingt-deux minutes, avec une durée de tournage majoritairement d’un à sept jours ; le budget atteint un niveau moyen de 84 800 € (contre 90 600 € en 2016).

Un tel investissement questionne son niveau de rentabilité, contrairement à un long-métrage ou à un téléfilm pour lequel la production est quasiment fonction de l’obtention d’un distributeur, et donc de sa promesse d’achat et de vente. Au stade du financement, 40 % des films aidés en production par le CNC bénéficient d’apports de chaînes de télévision et des collectivités territoriales. Le reste du financement se partage entre l’apport des producteurs, des financements privés et étrangers. Le soutien du CNC demeure donc central dans la chaîne. Par ailleurs, sur le plan de la diffusion, 2 900 ont été exploités en salles en 2017, dont 60 % sont français, dans la majorité des cinémas. Côté télévision, 875 œuvres ont été diffusées, principalement sur les chaînes OCS, Arte et Canal+.

Un autre levier de transaction pour les courts-métrages français est l’exportation à l’international, avec le Japon en tête, dont le chiffre d’affaires s’élève à 534 400 €. L’année 2017 enregistre d’ailleurs une progression de 12%.

Après le court, le long pour qui ?

Dans le milieu du cinéma, il est assez courant de devoir réaliser un court-métrage avant de passer au long. Cela permet d’approcher plus facilement les producteurs, ainsi que le CNC pour obtenir des aides. Les chiffres semblent aller dans ce sens, même si la possibilité de commencer directement par le long a été le cas pour près de 20 % des réalisateurs des films agréés en 2017. En tout, 81 % des films étaient le premier du réalisateur : 59,3 % des cinéastes avaient réalisé au moins un court-métrage avant, et 48 % seulement un. Cette tendance encourage donc à passer par le court-métrage avant de porter un projet plus ambitieux, sans pour autant en devenir une condition préalable.

Le marché du film court possède une place non négligeable dans le paysage du cinéma audiovisuel. Présent aussi bien dans les salles que sur les chaînes privées et publiques, le court-métrage poursuit sa vie au-delà des frontières françaises, de quoi encourager ceux qui peineraient à franchir le premier pas, qu’ils soient producteurs ou réalisateurs, ou ceux qui attendraient encore l’appui précieux du CNC.

Louise ALMÉRAS

 



 

Publicité

Laisser un commentaire

Soutenez le Mag’

100% indépendant, gratuit et sans abonnement ! Soutenez votre journal !

Restez informé !