S’ils travaillent dans l’ombre des compagnies, les attachés de presse de théâtre sont les petites mains qui les aident à se projeter dans la lumière. En conséquence de la fermeture des salles et de l’annulation des festivals, leur activité est aussi menacée.

Les dommages du coronavirus sur la culture affectent plus que les seuls artistes et les techniciens. Les attachés de presse, qui travaillent dans l’ombre des compagnies, n’ont pas pu reprendre, eux non plus, le travail à la fin du confinement. « S’il n’y a pas de spectacle, les artistes n’ont pas besoin de nous, résume Fabiana Uhart, qui travaille notamment pour le théâtre de l’Union, centre dramatique national du Limousin, et le théâtre du Crochetan en Suisse. Je ne suis pas déprimée, car je suis plutôt d’une nature positive, et je suis avec mon mari et mes enfants donc je suis soutenue, mais si l’activité ne reprend pas avant six mois, la question sera : est-ce que je dois changer de métier ? »

Jean-Philippe Rigaud, qui travaille notamment avec des compagnies du Off d’Avignon, fait le même constat. « Si les choses reprennent en septembre, on va pouvoir tenir, et encore pas tout le monde, explique-t-il. Mais si cela dure plus longtemps, les indépendants devront reverser des charges à partir d’octobre. Certains travaillent dans des locaux détenus par des bailleurs particuliers et n’ont pas eu d’aides pour les payer… Tout cela peut nous rendre très fragiles. »

Indépendants

Pour tenir, les attachés de presse ne peuvent évidemment pas se reposer sur l’intermittence. Les aides reçues dépendent des cas de figure et le système ne s’est pas toujours révélé très généreux.

« Je suis mon propre employeur et je travaille de chez moi, explique Fabiana Uhart. En tant qu’indépendante, je ne gagne pas tous les mois la même chose, donc je n’ai rien pu toucher en mars. J’ai obtenu le fonds d’aide pour les sociétés en avril seulement. » La plupart des professionnels rentrent en effet dans la catégorie des indépendants en étant en auto-entreprise ou assimilés profession libérale.

Rares sont les salariés à avoir pu bénéficier du chômage partiel. C’est néanmoins le cas d’Isabelle Muraour, qui travaille surtout pour des scènes nationales et des festivals. « Je suis salariée d’une association culturelle, ce qui me permet de toucher le chômage technique. Cela aide, mais si l’inactivité dure trop longtemps, cela ne suffira pas. D’un autre côté, je suis aussi gérante de ma propre structure, l’agence Zef. Mes salariés ont bénéficié aussi du chômage partiel mais je n’ai eu le droit à rien personnellement. »

Quelle reprise ?

Fabiana Uhart a réussi malgré tout à garder une petite activité. « Je travaille un peu sur des captations de spectacles, des podcasts, explique-t-elle. J’ai relancé des journalistes mais ce n’est pas évident… Les gens peuvent être touchés par le virus, on n’est pas à l’abri de décès. Et lancer une campagne maintenant, c’est un peu racoleur… On marche sur des œufs. »

Certaines des compagnies avec qui elle travaille lui ont assuré de maintenir ses missions, mais elle craint qu’une baisse de subventions future pour les compagnies n’affecte à la longue son travail. Jean-Philippe Rigaud se demande aussi dans quelle mesure la crise pourra faire sauter les pages culture des journaux, ce qui affectera de façon corollaire le métier des attachés de presse.

Dans ce contexte, il est difficile pour eux de réfléchir à une forme de reprise. Jean-Philippe Rigaud ne croit pas aux captations. « C’est rarissime que les journalistes travaillent avec ça, ce ne sont que des rustines », estime-t-il. Isabelle Muraour imagine peut-être faire venir les journalistes à des répétitions, mais tout dépendra bien sûr de la reprise des théâtres.

Fédérer la profession

En revanche, la crise a permis de révéler certains dysfonctionnements de la profession. « Il n’y a pas de fédération, les statuts sont différents, rien n’est structuré, les tarifs sont très variables, énumère Jean-Philippe Rigaud. Ce sont des difficultés qu’on rencontrait déjà avant mais qui ont été exacerbées avec la crise. »

Fabiana Uhart rejoint cet avis. « Avec des amies attachées de presse, nous sommes en train de réfléchir à nous fédérer », confirme-t-elle. L’objectif serait de faire connaître une profession qu’ils estiment souvent mal comprise… et qui ne fait presque jamais partie des remerciements. « Les jeunes comédiens qui montent une compagnie ne savent pas comment travailler avec un attaché de presse, raconte Jean-Philippe Rigaud. À Avignon, les artistes voient l’utilité, mais chaque fois que je travaille avec une jeune compagnie, il faut que je fasse de la pédagogie. Nous devons faire partie intégrante des équipes ! »

Dans un contexte de crise comme celle que nous vivons actuellement, ce genre de fédération pourrait également aider le métier à se faire entendre. « Si un dispositif d’aide hors intermittent est mis en place, il faudrait que l’on puisse en faire partie, estime-t-il. Il faudrait que l’on participe aussi aux groupes de réflexions car nous sommes à l’interface entre les compagnies, les régisseurs… Nous avons une expérience à faire valoir. »

Chloé GOUDENHOOFT

.

Suivre toute l’actualité sur le spectacle vivant face au coronavirus.



Photographie de Une – Fabiana Uhart, Isabelle Muraour et Jean-Philippe Rigaud