Contre vents et marées, le festival des Jeux du théâtre de Sarlat maintient à ce jour son édition 2020. Elle aura lieu du 18 juillet au 3 août, avec évidemment quelques ajustements incontournables.

Publié le 8 mai 2020 – Mis à jour le 26 mai 2020

L’annulation du festival a été finalement annoncée
dans un communiqué en date du 26 mai 2020

Si les festivals artistiques tombent comme des mouches à cause du coronavirus, ou plutôt en raison des mesures drastiques, protectrices et parfois anxiogènes qui y ont trait, le festival des Jeux du théâtre de Sarlat continue de programmer ses pièces de théâtre, du 18 juillet au 3 août.

Les mesures ne sont pas oubliées pour autant, au contraire, grâce à une organisation au cordeau arrimée à l’actualité. Au programme, donc, déplacement des représentations par rapport aux lieux prévus initialement, afin de réduire la jauge pour des raisons sanitaires et permettre dans le même temps aux commerçants sarladais de travailler durant tout le festival (ce qui n’était pas le cas lors des éditions habituelles), puisqu’ils sont, tout comme les comédiens, durement touchés par la crise.

Ce maintien du festival, s’il est suspendu à une annulation possible prochainement, fait le bonheur de nombreuses compagnies. Entretien avec Jean-Paul Tribout, le programmateur du festival de Sarlat.

De nombreux festivals ont décidé ou ont été obligés d’annuler leur édition de l’été. Le festival de Sarlat compte parmi les rares à espérer encore. A-t-il été difficile de décider de maintenir l’événement ?

Pour l’instant, le festival n’est pas annulé. Il y a une différence entre le fait qu’il ait lieu et celui qu’il ne soit pas annulé. J’ai donc pris la décision d’attendre, puisque le festival se déroule à partir du 18 juillet et que nous en sommes encore relativement loin. Nous allons d’abord voir les effets du déconfinement, puis s’il y a une décision au niveau local ou national interdisant les réunions d’un certain nombre de personnes, voire s’il y a une deuxième vague de pandémie très pénible. Mais si cela n’arrive pas et tant que nous ne sommes pas contraints à annuler, nous continuons de préparer l’événement. Les professions du spectacle ont subi un coup dur, c’est une catastrophe pour tout le monde ; nous ne savons pas si les théâtres de Paris rouvriront en septembre par exemple. Donc, si nous pouvons être présents et aider les compagnies qui ont prévu de venir, nous avons envie de le faire, notamment pour des raisons symboliques, comme un soutien global au spectacle vivant.

Quelles sont les mesures de précaution adoptées ?

Nous avons pris toutes les précautions, comme supprimer la plus grande jauge, organiser le festival totalement en plein air, commander du gel hydroalcoolique… Les spectateurs viendront avec des masques, et nous en commanderons pour ceux qui n’en auront pas, d’autant que la plupart de nos spectateurs ont un certain âge. Nous faisons comme si le festival allait avoir lieu, car nous sommes dans l’expectative – comme tout le monde – face à cette épidémie qui pourrait décliner comme empirer avant l’été. En fonction, le festival sera maintenu ou non. Il accueille habituellement 7 000 personnes sur toute la durée, ce qui reste un chiffre assez faible. Nous avons d’ailleurs limité les jauges à 400 spectateurs. Demeure ensuite l’angoisse de la venue ou non du public. Quand nous avons mis le programme en ligne, il y a une quinzaine de jours, les réactions des spectateurs ont été nombreuses et diverses : la majorité des fidèles du festival sont très contents qu’il ait lieu, que la vie continue ; d’autres nous répondent que nous sommes inconscients et sont plutôt frileux à l’idée de se mêler à d’autres spectateurs. Mais ces derniers sont une toute petite minorité. Les festivals qui ont pris la décision d’annuler l’ont fait soit à cause des dates, soit pour des raisons de logistique. En ce qui nous concerne, la logistique du festival est légère, ce qui nous permet d’attendre paisiblement début juin, voire mi-juin, pour savoir si l’événement est maintenu et mettre en place toute l’infrastructure.

Quels sont les retours des compagnies et des artistes sur le maintien du festival de Sarlat ?

Pour le spectacle vivant, il n’y a pas grand-chose à faire, surtout quand les spectacles n’ont pas besoin de répétition. On n’imagine pas Roméo et Juliette avec une distanciation sociale de deux mètres ; il y a un moment où il faut bien qu’ils se prennent dans les bras. Ça va être compliqué effectivement, même si nous effectuerons toutes les désinfections possibles comme celles des loges et des gradins, car tous les jours une compagnie arrive et une autre repart. Sur le plateau, je ne vois pas comment on pourrait contraindre les comédiens à s’éloigner… On ne va pas passer des auditions pour éliminer les comédiens postillonneurs ! Tous les comédiens et comédiennes avec qui je suis en contact espèrent que le festival va se tenir. C’est un peu le printemps après l’hiver pour eux, comme une renaissance. Dans notre métier, nous prenons toujours de nombreux risques : artistiques, économiques, physiques. Donc c’est un risque de plus qui n’est pas perceptible. En tout cas, je n’ai eu aucun comédien ou comédienne qui ait dit ne pas vouloir venir à cause des risques sanitaires.

Pour l’instant, toutes les conditions sont réunies pour que le festival ait lieu avec toutes les précautions possibles. Dès l’entrée du public, les personnes ne seront pas collées les unes contre les autres et l’heure d’ouverture sera avancée pour éviter l’accumulation de personnes due à l’attente. Toutefois, si l’on nous dit de mettre un spectateur tous les trois sièges, cela va devenir économiquement impossible. Parce que le festival de Sarlat, comme bien d’autres, vit environ avec 50 % de ses recettes. C’est grâce à celles-ci que le festival existe depuis 69 ans maintenant. S’il n’y a plus de recettes, ou qu’elles sont divisées par deux ou trois, soit par mesures de distanciation sociale, soit par absence du public, cela risquerait de mettre le festival en faillite et de remettre en cause les éditions futures. Dans un mois nous saurons si toutes les conditions sont réunies pour ce faire. Et si une décision politique est prise, nous nous y conformerons évidemment.

Louise ALMÉRAS

.

Suivre toute l’actualité sur le spectacle vivant face au coronavirus.