Les aides seront dorénavant attribuées selon la situation de chaque théâtre ou cinéma, selon la ministre de la Culture.

« Nous serons aux côtés des secteurs qui sont en difficulté, mais les choses sont très différentes selon les secteurs, donc on va faire du sur-mesure. » Terminé le prêt-à-porter du quoi qu’il en coûte pour la culture, a détaillé lundi 30 août Roselyne Bachelot sur franceinfo.

Chiffre d’affaires et fréquentation scrutés

Alors que le ministre de l’Économie annonçait la fin du fonds de solidarité pour les entreprises d’ici au 30 septembre, la ministre de la Culture a mentionné, sans précision, le maintien de « certaines mesures transversales » d’aide aux entreprises, tout en notant que le secteur de la culture est dans une « période de reprise ».

Reste à savoir comment ces aides seront attribuées. La ministre est restée floue, précisant seulement qu’elles vont dépendre de la situation de chaque théâtre ou cinéma. Les services de l’État vont pour se faire scruter « le chiffre d’affaire et la fréquentation » des entreprises concernées, en utilisant comme périodes de référence « ce qui s’est passé avant l’instauration du pass sanitaire, et par rapport aux années sans crise sanitaire ».

« C’est un dispositif qui existe déjà à l’heure actuelle pour les entreprises, mais pour les très grosses entreprises dans le secteur culturel, on n’est pas du tout familier de ce dispositif », a détaillé, toujours sur franceinfo, Aurélie Hannedouche, déléguée générale du Syndicat des musiques actuelles (SMA), après sa rencontre avec le gouvernement sur ce sujet. Le principe de ce dispositif est de venir prendre en charge les coûts fixes des entreprises, les loyers, les salaires, tout ce qui concerne la vie de l’entreprise et non pas l’activité. « A priori, sur le papier, ça a l’air d’être plutôt positif. Donc maintenant, il reste bien à adapter ce dispositif pour être sûr qu’il convienne aux quelques particularités des entreprises qui sont dans le secteur culturel. »

200 photojournalistes sélectionnés pour une « opération de commande publique »

La ministre a aussi évoqué le secteur de la presse, qui a « rencontré de grandes difficultés », elle a annoncé un effort « pour un certain nombre d’acteurs et en particulier pour les photo-journalistes et photo-documentaristes ».

« Nous avons décidé d’avoir une opération de commande publique de plus de 5 millions d’euros destinée aux photojournalistes », a annoncé la ministre. Cette opération « va être pilotée par la Bibliothèque nationale de France ». Cette commande publique va permettre « de sélectionner 100 photojournalistes au mois de novembre, 100 autres photojournalistes au mois de mars 2022 », a indiqué Roselyne Bachelot.

Le cahier des charges est simple : « Nous leur demandons de faire à travers leurs œuvres photographiques une radioscopie de la France, de la crise sanitaire et après la crise sanitaire. Nous allons donner à chacun de ces photojournalistes une bourse de 22 000 euros. Il y aura une exposition à la Bibliothèque nationale de France et des expositions dans toute la France qui vont être pilotées par nos Directions régionales des affaires culturelles. »

Jacques GUILLOUX

.



Crédits photographiques : Fred Romero / Flickr