Select Page

De jeunes réalisateurs veulent placer la Birmanie sur la carte du cinéma mondial

De jeunes réalisateurs veulent placer la Birmanie sur la carte du cinéma mondial
Advertisement

Le gouvernement d’Aung San Suu Kyi envisage de créer des studios et une vraie école de cinéma à Naypyidaw, la capitale administrative birmane. Un immense terrain a certes déjà été attribué au projet et une délégation du ministère de l’Information s’est rendue en voyage d’étude en avril dans un grand studio de cinéma en Chine.

Mais pour l’heure les budgets manquent. Et l’époque dorée du cinéma birman, avant la prise de pouvoir de la junte dans les années 1960, est loin d’être de retour malgré la production de 160 films en 2018 ; seule une poignée d’entre eux s’approche des critères internationaux.

Émergence d’une nouvelle génération

Aucun film ou presque ne passe cependant les frontières. Il faut aller à l’étranger pour apprendre le métier. Il y a bien une « Yangon Film School » (École du film de Rangoun), mais elle est plutôt orientée vers les documentaires et manque de moyens.

Le seul réalisateur birman un peu connu, Midi Z, sélectionné à Cannes cette année dans la catégorie « Un certain regard », vit depuis des années à Taïwan. Et The monk, du réalisateur The Maw Naing, sélectionné au festival de Locarno en 2016, fait figure d’exception. Mais il n’est pas sorti en salles en Birmanie… Il y a enfin Christina Kyi, l’autre révélation de l’année 2018 en Birmanie avec son film Mudras calling.

Plusieurs films ont récemment tenté de bousculer le cinéma birman, notamment Mystery of Burma, film d’aventures signé par le jeune réalisateur de 29 ans, Arkar Win, 29 ans : il s’est trouvé en tête du box-office birman en 2018 grâce à ses courses de voitures, sa chasse au trésor façon Indiana Jones… des scènes que les Birmans n’avaient pas l’habitude de voir dans leurs productions locales, souvent tournées à la va-vite.

Vers une ouverture à l’international ?

La cheffe du gouvernement birman Aung San Suu Kyi a exhorté le cinéma birman à utiliser son « soft power » à l’international pour changer l’image de la Birmanie en promouvant celle d’un pays « pacifique, uni et développé », lors de son discours en mars aux Myanmar Motion Picture Academy Awards – l’équivalent des Oscars en Birmanie.

Si Canal+ a acheté les droits des films d’Arkar Win et Christina Kyi pour son bouquet de chaînes lancé en 2018 en Birmanie, le chemin reste encore long pour l’international. Les coproductions restent rarissimes et le mastodonte américain du streaming Netflix préfère, par exemple, travailler avec des équipes basées dans des pays à l’industrie cinématographique plus mature comme la Thaïlande.

Avec AFP



 

Advertisement

Laisser un commentaire

Soutenez le Mag’

100% indépendant, gratuit et sans abonnement ! Soutenez votre journal !

Restez informé !

Facebook