Dans Dialogue sur le théâtre français – Inter/dits de scènes (Tertium éditions), Roger-Daniel Bensky et Gilles Costaz livrent une magnifique radiographie du théâtre français durant le vingtième siècle jusqu’à nos jours. Un livre de passionnés. Un livre passionnant.

Arrêt Buffet

Ce livre est conçu comme un échange épistolaire entre Roger-Daniel Bensky et Gilles Costaz, deux grands érudits et passionnés de théâtre.

Tout d’abord, faisons connaissance avec nos deux épistoliers.

Australien de naissance, Roger-Daniel Bensky est professeur émérite d’études françaises et théâtrales de Georgetown University à Washington DC. Metteur en scène, dramaturge et comédien, il est également l’auteur de quatre livres publiés en France, dont Le masque foudroyé (Nizet, 1997) qui traite des tendances émergentes du théâtre contemporain de langue française.

Gilles Costaz, critique de théâtre bien connu, personnalité incontournable du théâtre français depuis plusieurs décennies, a publié un très grand nombre de chroniques dans plusieurs titres de la presse écrite. Il a participé également, pendant des années, à l’émission « Le Masque et la plume » (France Inter). Dernièrement, il a signé un livre consacré au metteur en scène Daniel Benoin, Daniel Benoin, la modernité en scène (L’Avant-Scène théâtre, collection quatre-vents). Il est aussi un auteur de théâtre dont les pièces ont été jouées à Paris (Le crayon, Retour à Pétersbourg) et dans le festival off d’Avignon (L’île de Vénus).

Un échange épistolaire publié a ceci de particulier et de paradoxal, quand il est de qualité : loin de se limiter aux deux correspondants, il suscite l’intérêt de personnes qui, à l’origine, ne sont pas destinataires de cette correspondance mais qui le deviennent par la grâce de l’édition et le talent des deux auteurs.

Au fur et à mesure des pages qui se tournent, nous avons l’impression de retrouver deux amis à la terrasse d’un café. De nous retrouver au cœur d’une discussion passionnante autour du théâtre. Et en particulier, du théâtre français.

Avant même de nous immerger au cœur d’un échange d’une grande érudition sur le théâtre, il est utile de distinguer les structures qui permettent de souligner et de mettre, sans cesse, en perspective les propos de Roger-Daniel Bensky et de Gilles Costaz.

Tout d’abord, les parcours différents de deux hommes de théâtre qui se rejoignent parfois. R.-D. Bensky et G. Costaz sont des écrivains de théâtre. L’un est Australien de naissance, enseigne à Washington DC. L’autre est Français, critique de théâtre. Un universitaire face à un journaliste. Le temps long face au temps court. Deux façons différentes, parfois divergentes, d’appréhender les trois temps du théâtre français. Son passé, son présent, son avenir. Bien sûr, j’en conviens, cette description de ces deux personnalités pourrait paraître parcellaire. Il n’en est pas moins vrai que nous avons devant nous un vrai tandem, un duo qui fonctionne parfaitement. Différents mais complémentaires.

La deuxième ligne de force de ce livre se situe dans l’instant présent. Car si R.-D. Bensky et G. Costaz évoquent, avec brio, le passé et le futur du théâtre, il faut avoir à l’esprit que ce livre a été écrit au présent. Un présent terriblement présent. De mars 2020 à mai 2021. En pleine pandémie. Deux hommes de théâtre qui parlent du théâtre au moment même où tous les théâtres sont fermés. Aux États-Unis comme en France. Et dans le monde entier. Une situation inédite, historique. La fin d’un monde. Du monde théâtral. Parfois au détour d’une phrase, au carrefour d’une allusion, nous sentons une certaine mélancolie teintée de nostalgie dans les réflexions des deux hommes. Car en avançant dans la lecture, nous percevons, avec acuité, le poids de la pandémie qui pèse sur leurs épaules. Le virus devient de plus en plus présent dans leurs échanges, un réel sujet de préoccupation, d’inquiétude. Et le théâtre devient imperceptiblement non pas un sujet de discussion mais un sujet d’évasion.

La pandémie pèse son poids au sein de ce livre mais elle est constamment contrebalancée par la force du quotidien. C’est un des attraits de cette liaison épistolaire. La vie de tous les jours se diffuse, s’insinue dans le plus petit recoin des discussions entre Roger-Daniel Bensky et Gilles Costaz. Les hommes et les femmes qui analysent, apportent une réflexion particulière, signifiante et singulière, sont des hommes et des femmes qui vivent la vie de tous les jours au temps présent. Idem pour les créateurs et les créatrices.

Le livre Dialogue sur le théâtre français – Inter/dits de scènes de Roger-Daniel Bensky et Gilles Costaz est un livre d’amour. Un livre qui aime les auteurs et les autrices, les metteurs en scène et les metteuses en scène, les comédiens et les comédiennes. Toutes les personnes, toutes professions confondues, qui œuvrent au sein de cette communauté de talents.

Ce livre est une magnifique radiographie du théâtre français durant le vingtième siècle jusqu’à nos jours. Instructif sans être pesant. Avec des fulgurances toujours emplies de bienveillance. Une érudition au service de la transmission. Un livre humain à propos d’un art viscéralement humain. Le théâtre.

Au final, on quitte cet échange à regret. Il est certain que Roger-Daniel Bensky et Gilles Costaz ont encore beaucoup de choses à nous dire. À titre personnel, j’aurais aimé savoir ce qu’ils pensent de l’état actuel du théâtre français. Après un an et demi de pandémie. Un théâtre qui pendant ce laps de temps n’a rien proposé, n’a rien imaginé. Un théâtre qui a attendu que ça passe. Et qui est tout surpris, en ces temps de reprise, par l’absence du public.

Il est certain que l’absence du public est liée à différents facteurs. À commencer, entre autres, par la peur du lendemain et la perte du pouvoir d’achat. Oui, pour de bonnes raisons qui sont souvent des raisons financières, le public peut se passer du théâtre. Mais durant la pandémie, sans remise en question, sans proposition, sans écoute envers une large partie de la profession, le théâtre public n’a-t-il pas montré qu’il pouvait aussi se passer du public ?

Philippe TOUZET

.
Lire les dernières chroniques de Philippe Touzet :
Autrices de théâtre : la grande injustice
À la vitesse du son !
L’art de la sieste
L’art de la promenade

.



Auteur de théâtre, scénariste de fictions radio, président des Écrivains associés du théâtre (E.A.T) de 2014 à 2019, Philippe Touzet tient une chronique bimensuelle dans Profession Spectacle depuis janvier 2021, intitulée : « Arrêt Buffet ».