Comment concilier l’émergence d’un marché européen du digital sans ruiner les industries culturelles ? Comment concilier la liberté du client et la protection des œuvres ? Un casse-tête pour la Commission européenne.

[Écho de la presse]

Le vice-président de la Commission européenne Andrus Ansip, en charge du numérique, adore illustrer ses projets de réforme par des anecdotes sur sa vie d’expatrié. Il y est question de derby de football estonien manqué faute de diffusion en Belgique ou encore d’envie de revoir « Les Chariots de feu » qui se heurte à l’absence du film des catalogues VoD sous sa main.

Ces apartés ont deux objectifs. Un : souligner que dans le marché unique, les principales frontières restant à faire tomber sont numériques, ce qui justifie d’ériger le « marché digital unique » dont la Commission Juncker fait une priorité. Deux : marteler son fil conducteur dans ce chantier, à savoir la nécessité de partir des attentes et pratiques des consommateurs.

Lire l’article complet de Derek Perrotte sur le site des Échos.