Select Page

Économies au CNC : le SPI dénonce un « plan de décroissance »

Économies au CNC : le SPI dénonce un « plan de décroissance »
Advertisement

Le CNC va rediriger son aide au secteur audiovisuel sur les deux prochaines années. Pour l’organisme, ce plan d’économies permettra de recentrer le soutien à des productions d’une certaine taille mais aussi à des projets comprenant un risque artistique et économique. Pour le Syndicat des producteurs indépendants (SPI), en revanche, ces mesures « violentes et rapides » vont menacer le tissu créatif de l’audiovisuel.

Explications.

30 millions d’euros. Tel est le total du plan d’économies prévu par le CNC (Centre national du cinéma et de l’image animée) sur les exercices 2019, 2020. La mesure, par son ampleur, inquiète les organisations de l’audiovisuel, principal secteur touché. « C’est un volume que nous n’avons jamais vu et cela va arriver très vite, commente Catherine Bertin, déléguée générale du SPI (Syndicat des producteurs indépendants). On peut choisir de faire des économies sur un genre pour réorienter sur un autre, mais là, c’est une mesure massive et extrêmement violente. » Le syndicat, qui demande à comprendre les causes d’une telle économie, craint qu’un recentrage se fasse au bénéfice de quelques séries exportables et au détriment de sociétés plus fragiles mais nécessaires à la diversité du tissu créatif. Dans un communiqué, le syndicat va même jusqu’à dénoncer un plan de « décroissance ».

Transformation plus que simple réduction

Concrètement, comment ce plan va-t-il se déployer ? Aux dires du CNC, il s’agit plus d’une transformation et d’une adaptation des besoins que d’un objectif strictement budgétaire. « Cet effort est à mettre en perspective avec l’accroissement significatif des aides ces dernières années, explique-t-on au sein de l’organisme*. Le crédit d’impôt a été fortement revalorisé depuis 2016, avec un quasi-doublement pour atteindre plus de 70 millions d’euros environ par an. Par ailleurs, les soutiens automatiques [soutiens attribués sur critères “objectifs”, indépendamment de la qualité du programme et visant des producteurs qui sont déjà installés dans l’audiovisuel, NDLR], qui constituent l’essentiel des soutiens du CNC à la production audiovisuelle, ont augmenté de 38 % en dix ans. » Néanmoins, ce sont bien les producteurs qui touchent ces soutiens automatiques qui seront le plus affectés par ce plan.

Les mesures sont de deux sortes : sectorielles et transversales. Parmi le premier type de coupes, une dégressivité de l’aide sur les fictions va être opérée. « Nous allons recentrer le soutien sur les projets les plus ambitieux, les plus patrimoniaux et les plus créatifs, précise le CNC. Cela s’inscrit dans une démarche de long terme, conforme à nos missions. » Les adaptations de spectacles vivants seront aussi recentrées vers les captations les plus patrimoniales.

Les mesures transversales visent quant à elles à mieux structurer le secteur de la production. « De nombreux rapports soulignent que la production en France est trop éparpillée. » Pour obtenir un soutien automatique, les productions devront désormais obtenir un certain montant de soutiens. Les entreprises de petites tailles, pour qui il est difficile de produire en quantité et en qualité suffisante pour valoriser ensuite leurs œuvres, risquent de souffrir de cette réorientation. En revanche, la diversité de la création et le renouvellement des talents devraient être assurés par d’autres mécanismes du plan. « Une petite entreprise qui n’atteint pas le seuil pour l’automatique mais qui produit des œuvres de qualité aura plus de moyens au titre du soutien sélectif. »

Risques économiques et artistiques

Le financement du CNC devrait aussi se recentrer vers des productions risquées d’un point de vue artistique et économique et qui se trouvent au cœur de la demande française et internationale. Ce sera le cas, par exemple, des séries créatives qui s’inscrivent sur un nombre de saisons limitées comme Baron noir ou le Bureau des légendes. Les programmes plus récurrents verront au contraire la dégressivité de leur soutien augmentée.

Le CNC va aussi recentrer son soutien vers les documentaires hybrides, très demandés par le public, qui utilisent les techniques de l’animation ou la fiction.

Quant à la raison économique de ce plan, l’objectif consiste à retrouver une maîtrise budgétaire entre des dépenses dynamiques pour soutenir la création et des recettes qui restent stables. Selon le CNC, il est le résultat d’un dialogue approfondi de sept mois et de trente réunions bilatérales et multilatérales. Mais pour le SPI, il ne s’est agi que d’un simulacre de concertation.

Chloé GOUDENHOOFT

* Le CNC n’a accepté de répondre à nos questions que sous deux conditions, que ne soit jamais nommé notre interlocuteur et qu’il puisse relire le papier avant parution.



 

Advertisement

Laisser un commentaire

Soutenez le Mag’

100% indépendant, gratuit et sans abonnement ! Soutenez votre journal !

Restez informé !

Partenariat

affiche Quand on saitMarché poésie